[ Me connecter ]
Nouveau message | Contacts | Inscription | Retour à la liste des messages
-> Messages récents
Afficher la discussion

[réponse] par Garlon (2015-10-19 20:49:54) Imprimer

Ah, je ne connais pas la règle du jeu (le forum fonctionne par cession ? sans accumulation ?).


Pour rester précis alors, En quoi serait-il problématique de considérer tout divorce comme une annulation ? Au sens ou l'annulation elle-même venait de toute façon se faire sans le soutien des écritures...


Par ailleurs, si Marc et Luc reporte la qualification d'adultère en cas de remariage ou répudiation, Matthieu lui, reporte l'infidélité de l'épouse comme un cas différent... Et le cas de la non condamnation chez Jean avec l'exemple de la femme adultère montre que jésus ne semble pas sanctionné l'adultère (si c'est une erreur unique).

D'autre part les veufs peuvent se remarier chez Paul, alors même que la mort ne devrait pas être un facteur de dissolution...


Somme toute, l'évangile permet donc une grande souplesse sur cette question. N'est-ce pas un choix d'herméneutique ?

Et en quoi alors le changement est-il si difficile ?
Ce message a été lisu 375 fois
  Envoyer ce message à un ami



Le Rendez-vous débat est clos. Merci de votre participation .


La discussion

images/icones/neutre.gif Questions de théologie par Garlon (2015-10-19 19:46:00)
     images/icones/neutre.gif Vos questions sont multiples par Abbé Claude Barthe (2015-10-19 20:10:44)
         images/icones/neutre.gif [réponse] par Garlon (2015-10-19 20:49:54)
             images/icones/neutre.gif [réponse] par Abbé Claude Barthe (2015-10-19 21:27:18)



2 liseurs actuellement sur le forum