Le Forum Catholique

http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=808
images/icones/hein.gif  ( 808 )Trente ans après, l'avortement par XA (2006-12-04 16:53:38) 

L'avortement fait aujpourd'hui partie du paysage normal des Français. On a même parfois l'impression que les catholiques s'y sont habitués, bon mal an. Non pas qu'ils y soient devenus favorables, tout du moins pour les plus traditionnels d'entre eux, mais ils ont tendance à baisser la garde, par rapport aux mouvements que l'on a pu connaitre auparavant. Le nombre de personnes présentes aux rosaires pour la Vie, aux Marches pour la Vie, ou que sais-je encore n'a pas de quoi impressionner nos têtes gouvernantes, et l'on voit d'ailleurs que la question est loin d'être au coeur des débats dans le cadre de la prochaine échéance présidentielle.

Comment voyez-vous ou verriez-vous, de votre côté, une possible action contre cette banalisation qui aille au-delà de ces manifestations publiques ? (Je ne nie pas bien évidemment la force de la prière et ne veux pas que l'on se méprenne sur mon propos.) Je pense pour ma part qu'il faudrait penser à une modernisation de ce combat et à une adaptation aux jours d'aujourd'hui où une génération s'est écoulée qui a toujours connu l'avortement. Qu'en pensez-vous ? Comment voyez-vous les choses ? Existe-t-il une réflexion commune entre les différentes associations de défense de la Vie sur cette question ?

Merci de vos réponses.

XA
images/icones/1f.gif  ( 855 )[réponse] par Dr Jean-Pierre Dickès (2006-12-04 20:58:03) 
[en rponse 808]

Oui bien sûr. Triste constat : nos ventes de cahiers St Raphaël sont tout à fait satisfaisantes. Les seuls numéros qui ne se vendent pas s'intitulent "L'enfant à naître 1 et 2 " et "Vie et mort du tout petit". En attendant, il faut tenir. Le travail de RC notamment par la marche de la vie, ainsi que SOS tout petits est remarquable. Malheureusement,il y a une nuée de petites associations qui ne s'entendent pas. C'est dommage car cela nous empêche d'avoir un poids suffisant. Et chacun fait un peu comme il veut. C'est vrai qu'il faudrait faire comme en Amérique où les techniques de propagandes sont extraordinairement pointues. Personnellement, je prêche l'union , mais les réticences des un et des autres sont difficilement surmontables. Il faudrait en réalité une autorité inconstestée comme le Professeur Lejeune. Malheureusement, les nominations de professeurs sont asservies au politiquement correct.
images/icones/neutre.gif  ( 869 )Questions autour du combat politique par Jeanneke (2006-12-04 21:45:25) 
[en rponse 855]

Il est de bon ton aujourd'hui, pour éviter la "diabolisation", de ne pas mettre en avant une volonté de remettre en cause la loi dur l'avortement (c'est vrai depuis Christine Boutin jusqu'à Jean-Marie et surtout Marine Le Pen); pour mieux préparer les esprits, il faut d'abord une politique favorable à la vie, dit-on.

Dans le même temps j'entends dire que l'avortement est TOUJOURS une décision difficile, "aucune femme n'avorte de gaieté de coeur", raison dont on se pare pour préciser qu'il ne faut pas mettre en avant qu'il s'agit d'un crime.

- Pensez-vous que c'est une bonne façon d'aborder le combat ?

Deuxièmement : un pays comme le Nicaragua vient d'interdire l'avortement en toute circonstance, ce qui provoque un tollé.

- Existe-t-il vraiment en l'état actuel de la médecine des cas où un avortement en tant que tel peut sauver la vie d'une femme enceinte ?
- Et quelle est la conduite juste en cas de grossesse ectopique ?

Merci
Jeanneke
images/icones/4b.gif  ( 898 )[réponse] par Dr Jean-Pierre Dickès (2006-12-06 20:26:58) 
[en rponse 869]

Oui. Tout le monde dit qu'avorter c'est mal que cela laisse des séquelles définitives à la mère.
Les politiques évitent de parler de cela exception faite de ceux qui se prennent pour Dieu et prétendent disposer de la vie. Lisez mon ouvrage "L'Homme artificiel".

Actuellement, même Marie Claire qui a soutenu mordicus l'avortement revient petit à petit sur sa position. En effet de plus en plus les terribles conséquences de l'avortement se précisent. Pour l'instant notreNotre réponse est donc essentiellement médicale.
En ce qui concerne l'avortement thérapeutique je viens d'écire que ma mère obstétricienne installée en 1936 n'a durant sa carrière posé une seule indication d'avortement pour sauver la vie de lamère. Moin qui ai pris sa suite non plus.
Alors pourquoi tue-ton. Encore une fois l'homme se prend pour Dieu et veut disposer de la vie. Liséez mon bouquin "L'homme artificiel", vous comprendrez.