Le Forum Catholique

http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=803
images/icones/hein.gif  ( 803 )Limites... par Un liseur (2006-12-04 09:31:33) 

Merci Docteur de nous accorder quelques instants.

1) Avec les progrès de la médecine, la frontière où commence l'acharnement thérapeutique est elle toujours parfaitement claire?


2) Faisant face, en famille, à une maladie grave un directeur spirituel m'indiquait que nous avons le devoir de nous soigner, mais que nous n'avons aucunement l'obligation d'accepter des moyens extraordinaires (En l'occurence des traitements aux résultats incertains ou expérimentaux) Cette limite entre traitements ordinaires et extraordinaires ne me paraît pas toujours claire et évolue très vite...
Que pensez vous de cette position?

3) Quel est votre opinion sur les médecines dites non conventionelles?

4) Quel est votre avis:
a) sur les produits issus des recherches Beljansnky
b) sur la soit disant kabbale dont aurait été victime ce chercheur?




J'ai le sentiment (erroné?) qu'il y a à Tradiland une trop grande défiance (pour ne pas dire plus) du monde médical, je souhaite profiter de ce débat pour témoigner qu'au cours de plusieurs années de soins lourds nous avons rencontré un monde médical à visage humain respectueux de nos convictions catholiques. Mais pour celà, il faut faire l'effort d'établir une relation autre que celle d'un simple consommateur de soins!...

Certes nous avons aussi croisé des gens avec autant d'attention, de délicatesse de cœur qu'un robot, mais celà ne doit pas porter atteinte à la réputation de tous ceux qui de dévouent efficacement auprès de leurs malades!
images/icones/1f.gif  ( 839 )[réponse] par Dr Jean-Pierre Dickès (2006-12-04 20:27:47) 
[en rponse 803]

Oui cette limite est floue. Les moyens extraordinaires ou ordinaires varient d'un pays à l'autre. Par exemple faire une transfusion sanguine au milieu de la brousse sénégalaise tient de l'exploit. En revanche il tient des soins ordinaires dans nos hôpitaux. La tendance dans l'Eglise actuelle est d'utiliser les termes de soins proportionnés ou disporpotionnés. Il est évident par exemple que quand le cerveau est complètement détruit il est stupide d'entretenir une gigantesque culture de tissus vivants. De même il n'est d'aucun intérêt de réanimer un cancéreux au dernier des stades ou un prématuré majeur dont manifestement les chances de vivre une vie à peu près normale sont infimes. Il en estbde même des traitements expérimentaux que nul n'est obligé de subir. En ce qui concerne les adultes, l'important est qu'ils meurent en paix vis à vis de Dieu et des hommes.

En ce qui concerne les médecines non conventionnelles, ilest bon de rappeler l'élèmentaire. Tant les mèthodes de diagnostic que thérapeutiques changent. Il n'y a que la morale des dix commandements qui ne change pas. Je ne me prononcerais donc pas sur les médecines non conventionnelles. En ce qui concerne Beljansky il est probable qu'il y a un support thérapeutique que les grands laboratoires ont cherché à détruire pour des raisons financières. Il faudrait tester scientifiquement ces produits. Malheureusement, notre République bananière ne le peut pas ni ne le veut pas. Les comptes bancaires au Japon ou ailleurs ne sont pas fait pour les chiens.
images/icones/hein.gif  ( 881 )Prématurité.. par Siloé (2006-12-04 22:24:54) 
[en rponse 839]

Permettez-moi de revenir sur vos propos:

De même il n'est d'aucun intérêt de réanimer un cancéreux au dernier des stades ou un prématuré majeur dont manifestement les chances de vivre une vie à peu près normale sont infimes.

Etant mère d'une petite fille prématurée, je veux vous demander comment peut-on prédire à la naissance les chances de vie normale pour réanimer ou non un enfant.

Ma fille née à 27 SA souffre 3 ans après d'un handicap physique assez lourd (et nous nous réjouissons tous les jours d'avoir trouvé des médecins admirables pour la prendre en charge lors de sa naissance) alors que des enfants que nous connaisons nés à 25 SA ne souffrent d'aucun trouble majeur.
images/icones/croix_byzantine.png  ( 896 )Prématurité par Dr Jean-Pierre Dickès (2006-12-06 20:08:36) 
[en rponse 881]

Oui. Ce sont des situations parfois très difficiles. Il existe un protocole de réanimation précise. Situations rares mais difficiles. J'ai eu ce problème avec un jumeau qui s'était retourné à la dernière limite avant l'accouchement. Il n'y avait pas à cette époque d'échographe (j'ai eu le 1er du Pas de Calais)...). Grande extraction du siège, enfant en état de mort apparente, realimation lourde. Au bout du protocole il est dangereux de continuer la réanimation. Baptème sous condition par ma femme, sage-femme. je demande aux parents si je continue. C'est oui. Cet enfant à ce jours est polytechnicien.
images/icones/neutre.gif  ( 910 )Reponse par Siloé (2006-12-11 11:13:34) 
[en rponse 896]

merci pour votre reponse.
Et d'avoir pris le temps de revenir sur les questions restées en suspens.