Le Forum Catholique

http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=801
images/icones/hein.gif  ( 801 )Objection de conscience étudiants en obstétrique par Presbuteros (2006-12-03 20:10:19) 

Cher G...-B..., auquel je n'ai jamais répondu pour ton témoignage sur le Grand Séminaire d'Issy-les-Mx vers 1968 dans "La Blessure" - je te demande pardon de ma paresse - peux-tu nous faire le point sur la situation actuelle dans les services d'obstétrique des Hopitaux Universitaires pour 1) les étudiants, 2) les élèves infirmières qui refusent de participer à des avortements. Dans quelle filière un catholique, ou tout simplement un disciple d'Hippocrate peut-il obtenir cette spécialisation en ne servant que la vie et la santé et non la mort?
Que devient en pratique le droit théorique des médecins et auxiliaires de salle de travail de ne pas y toucher, ce qui concentre ces interventions déshumanisantes sur un petit nombre de confrères et de consoeurs encore plus écoeurés? Existe-t-il des jurisprudences définitives françaises et européennes?
N'oublie pas de prier pour le repos des âmes malheureuses de Jean-Marie BONIFAY, Victor NGUYEN, et R...
COURRIEL DIRECT SUIVRA.
images/icones/neutre.gif  ( 804 )Objection de conscience des étudiants en médecine par Philippeg (2006-12-04 13:33:42) 
[en rponse 801]

Juste une petite précision, il me semble que, légalement, l'étudiant en médecine à le droit de refuser de participer aux avortements.
Malheureusement, tout est organisé pour qu'il ne le puisse pas.
- Leur participation fait partie intégrante de l'organisation du service, s'ils refusent, aucune solution de remplacement n'est prévue.
- Leur refus provoquera évidemment une série de conséquences injustes, pouvant affecter toute leur carrière.

Je pense que le problème est plus grave, car même si la spécialité n'est pas l'obstétrique, les étudiants passent généralement par la majorité des services spécialisés (endocrinologie, médecine interne, etc..) et, même s'ils ne sont pas encore en internat, on leur demande de participer aux IVG lorsqu'ils sont en obstétrique.

Régulièrement, une série de médicaments dont l'efficacité est jugée insuffisante sont retirés de la liste des médicaments pris en charge par l'assurance maladie. Etrangement, les IVG qui ne relèvent pas du domaine de la médecine (non, non, j'insiste un embryon n'est pas une maladie), continuent d'être pris en charge.

Je trouve d'ailleurs anormal que seul une partie de la population soit privilégiée, pourquoi ne pas rembourser aussi les changements de sexe ? (Précision, je ne suis pas sérieux là).




images/icones/1f.gif  ( 835 )[réponse] par Dr Jean-Pierre Dickès (2006-12-04 20:14:45) 
[en rponse 801]

En ce qui concerne l'objection de conscience, elle concerne tout le monde, la loi Kouchner spécifie que nul n'est tenu de participer à un acte qui va contre sa conscience. Cela peut concerner par exemple des méédecins qui collaborent à des séances de tortures, mais aussi une simple femme de ménage qui est obliger de ramasser les morceaux d'un foetus qui a été découpé vivant dans le sein de sa mère.