Le Forum Catholique

http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=7771
images/icones/hein.gif  ( 7771 )Quel a été le rôle des évêques ? par Gaspard (2009-05-25 18:08:05) 

Vous citez beaucoup de personnalités dans votre livre, mais je suis frappé de la très faible place des évêques, en particulier pour la période contemporaine. Pourtant, ils sont en charge de la liturgie, et s'ils ont peut-être peu théorisé, ils ont beaucoup agi ! D'où ma question : quel a été le rôle des évêques, pour la période contemporaine, et plus précisément : le témoignage de Mgr Maurice Gaidon (aux éditions de l'Emmanuel, 2007) que vous ne citez pas sauf erreur, est-il représentatif des évêques des années 70 en France?
images/icones/hein.gif  ( 7773 )Autre question: ont-ils cherché à freiner le mouvement ? par Athanase (2009-05-25 18:14:14) 
[en rponse 7771]


quand ils le pouvaient ? Y a a-t-il des évêques qui ont cherché à maintenir l'ancien rite ?

On les connaît tous comme des promoteurs invétérés, mais, dans ce mouvement, il faut noter que les paroisses ont dépassé les diocèses, participant au phénomène de dilution de l'autorité.
images/icones/neutre.gif  ( 7793 )[réponse] par Marc Levatois (2009-05-25 21:17:11) 
[en rponse 7771]

Merci de votre question. Sur le fond, vous avez raison, les évêques sont peut-être un peu absents de ce livre aux dimensions limitées, alors qu’ils sont, de droit divin, le centre de la vie liturgique de leur diocèse. Il faut aussi faire apparaître que l’évolution des structures liturgiques de la conférence épiscopale, le CNPL, a évolué dans le sens d’une autonomie par rapport aux évêques eux-mêmes, dès le début des années soixante. Ce qui donne tout son intérêt au témoignage de Mgr Gaidon. Le retour qu’il fait sur la période post-conciliaire est sans doute différent de celui qu'ont pu faire la plupart de ses confrères de l’époque, dans la mesure où une réflexion sur la spiritualité, la prière ou l’art n’était pas alors le domaine le plus favorisé par la communication épiscopale. Il y avait un primat des exigences de l’Action catholique et de l’engagement, qui semblait peu propice, dans l’ensemble. La situation me paraît différente aujourd’hui.