Le Forum Catholique

http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=7637
images/icones/hein.gif  ( 7637 )Pourquoi êtes-vous le seul ? par Lamy (2009-03-13 23:03:21) 

Bonsoir monsieur,
Tout d'abord, un grand bravo pour vos prises de positions qui sont souvent courageuses et tellement "osées" dans ce cadre si spécial qu'est l'hémicycle.
Ma question est : alors que nous nous sentons si nombreux à penser comme vous (je ne parle pas que des catholiques mais d'une certaine "majorité silencieuse") sur certains sujets comme l'"homophobie", comment se fait-il que vous soyez le seul que l'on entend ? Vos collègues ont-ils peur de braver la dictature de la "pensée moderne" ? Ont-ils peur de perdre leur siège ?
Et vous ? Vous avez changé d'étiquette pour rejoindre le CNI, croyez-vous que ce genre de décision peut vous coûter votre siège ?
Comment voyez-vous la suite de votre carrière ?
Merci de vos réponses.
images/icones/neutre.gif  ( 7660 )[réponse] par Christian Vaneste (2009-03-17 18:29:29) 
[en rponse 7637]

La vie politique actuelle est dominée par les médias et le temps qui leur est propre, le temps court, celui du mandat et de la réélection dans le meilleur des cas, celui plus rapide encore de l'information et des modes ou des courants qui s'y manifestent. Ce sont "les petites phrases" sur les sujets à la pointe de l'actualité et dans la mesure ou elles se soumettent au trio infernal du politiquement correct, de la pensée unique et du terrorisme intellectuel qui s'imposent à la plupart des élus. Il est vrai que lorsque l'on utilise une petite phrase totalement à contre-courant, on a aussi une petite renommée, mais entachée d'opprobre. D'une certaine manière, j'apparais relativement isolé dans la mesure ou j'appartiens clairement au second cas alors que si ma pensée possède quelque originalité, c'est celle qui consiste à choisir clairement le long terme, la durée des valeurs qui transcendent le présent. Sur ce point, je suis loin d'être le seul et beaucoup de collègues me rejoignent, parfois avec timidité.

Non investi par l'UMP en 2007, j'ai adhéré au CNI qui m'a accordé l'investiture, mais je suis toujours membre de l'UMP car il est possible d'avoir les deux étiquettes entre lesquelles il n'y a pas de contradiction. Fidèle militant de Maurice Schumann dans la première partie de ma vie politique, j'ai toujours considéré que les idées conservatrices qui sont les miennes se retrouvent aussi bien dans le gaullisme (j'étais membre du RPR), que dans la démocratie-chrétienne et que dans la pensée libérale propre au CNI.