Le Forum Catholique

http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=8
images/icones/fleche2.gif  ( 8 )A propos de la mortification par Griffon (2006-05-31 17:37:00) 

Bonjour M. de PLunkett,
et merci d'être aujourd'hui parmi nous.

Je voudrais aborder le thème des pénitences physiques personnelles (cilice, fouet,...).
- il y a eu une grosse différence dans leur utilisation entre avant et après le concile
* dans l'opus dei
* dans les autres congrégations

- est-ce parce que le concile en a parlé. Si oui, qu'en a-t-il dit ?
- est-ce conseillé / généralisé chez les fidèles de l'opus ?
pourquoi ?

L'impact de la mortification sur la personnalité ne me semble pas négligeable, ni heureuse, je dois bien le dire.
Un petit air de supériorité...?

Merci d'avance pour votre réponse,

Griffon.
images/icones/neutre.gif  ( 23 )CILICE etc par Patrice de Plunkett (2006-05-31 18:28:56) 
[en rponse 8]

A ma connaissance, le Concile n'a pas parlé de ce sujet. En revanche Jean XXIII avait demandé à tous les catholiques du monde des prières et des mortifications spéciales pour le succès du Concile quand il l'avait lancé (voir son encyclique "Paenitentiam Agere" du 1er juin 1962). Paul VI, Mère Teresa, le Padre Pio, Mgr Romero (etc) ont pratiqué la mortification corporelle. Elle n'est donc pas tombée en désuétude.
Certains membres de l'Opus Dei la pratiquent : mais, disent-ils, d’une manière « très modérée », qui n'a rien à voir avec ce que montre la mise en scène (démentielle) du film. La doctrine classique chrétienne a d'ailleurs toujours été dans le sens de la modération. Et Escriva lui-même a des phrases de ce genre dans son livre "Chemin", comme chacun peut le vérifier…
Le sens de la mortification corporelle, en théologie catholique, est "l'union au Christ dans ses souffrances, la réparation pour les péchés personnels et les péchés des hommes, et l'union et la solidarité avec ceux qui souffrent dans le monde". («Comment comprendre la souffrance des autres si l'on ne va pas soi-même au devant de la souffrance ? », disait Mère Teresa à ses soeurs).

Cela dit, les membres de l'Opus Dei que j'ai rencontrés m'ont tous dit que les meilleures mortifications, ils les trouvaient «dans la vie quotidienne: savoir sourire, offrir les contretemps, travailler en conscience, etc », et que celles-là, non seulement elles peuvent coûter beaucoup, mais en plus on ne les remarque pas. Quand tu jeûnes, parfume-toi la tête, disait Quelqu'un.

images/icones/bravo.gif  ( 27 )Merci de ce commentaire - Re-question par Griffon (2006-05-31 18:41:20) 
[en rponse 23]

Je connais des membres qui disent (se vantent ?) de telles pratiques et vous poussent à les suivre (euphémisme) sur ce "chemin" qui serait obligatoire pour accéder à la sainteté.

Cela dit, les membres de l'Opus Dei que j'ai rencontrés m'ont tous dit que les meilleures mortifications, ils les trouvaient «dans la vie quotidienne: savoir sourire, offrir les contretemps, travailler en conscience, etc », et que celles-là, non seulement elles peuvent coûter beaucoup, mais en plus on ne les remarque pas. Quand tu jeûnes, parfume-toi la tête, disait Quelqu'un.


Je suis content de ce que vous dites. Vous avez forcément rencontré plus de membres et plus haut placés que ceux que je connais.
Effectivement la vie quotidienne propose de nombreuses et parfois lourdes mortifications.

Question subidiaire:
Quand on est malin, on reste discret sur ce genre de choses vis à vis d'une journaliste extérieur à l'oeuvre.
Cela n'empêche sans doute pas de faire pression sur les membres pour qu'ils passent à ce genre de pratiques. Vu les pressions exercées sur des êtres plus faibles, je me dis que ceux qui les exercent ont bien dû les subir.

Mais peut-être, cette question est-elle tordue ?

Griffon.
images/icones/neutre.gif  ( 39 )DUR DUR par Patrice de Plunkett (2006-05-31 19:13:36) 
[en rponse 27]

C'est surtout une question sans réponse probante. Selon l'animosité ou la sympathie, les mêmes pratiques sont décrites comme atroces ou anodines... Là encore, la psychologie joue un rôle clé. C'est ce que j'ai découvert en enquêtant.
images/icones/neutre.gif  ( 72 )[réponse] par Danielle V. (2006-05-31 20:28:27) 
[en rponse 23]

..."que les meilleures mortifications, ils les trouvaient «dans la vie quotidienne: savoir sourire, offrir les contretemps, travailler en conscience, etc », et que celles-là, non seulement elles peuvent coûter beaucoup, mais en plus on ne les remarque pas. Quand tu jeûnes, parfume-toi la tête, disait Quelqu'un. "
ce quelqu'un est le christ, non?
au sujet de l'extrait que je recopie plus haut, mr de plunkett, si mon souvenir est bon, c'est ce que notre cher Pape dit chaque jour; Amour du prochain, Deus Caritas Est"