Le Forum Catholique

http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=6433
images/icones/hein.gif  ( 6433 )Les enseignants pourraient-ils changer les choses par Thomas (2008-12-01 20:32:03) 

Merci déjà pour vos nombreuses réponses.

Il n'est pas rare de croiser des enseignants, au moins chez les anciens qui ont connu « avant », qui ont conscience d'une baisse catastrophique du niveau, et donc conscience que des choses doivent changer.

N'existe-t-il pas de moyen de les fédérer pour en faire un poids pesant du bon côté de la balance ? N'y a-t-il pas de quoi rassembler une forte proportion d'enseignants qui a pu faire le constat qu'on ne peut s'empêcher de faire ?

N'y a-t-il pas moyen de faire oublier un temps les idéologie politique pour leur rappeler que la gauche aussi, au début du siècle, accordait de l'importance à la transmission du savoir ?

Bref, n'y aurait-il pas moyen de rassembler les enseignants, au-delà de leurs accointances politiques et syndicales, sur une volonté de changement positif dans l'enseignement permettant de se débarrasser des méthodes imposées par le pédagogisme idéologique ?

À ce propos, comment est perçu le jargon du pédagogisme par les enseignants, lorsqu'ils sont en IUFM ? Y en a-t-il beaucoup qui en perçoivent le ridicule ? Et si c'est le cas, comme je l'espère, n'y a-t-il pas moyen de lutter contre ?

Thomas
images/icones/neutre.gif  ( 6459 )Les enseignants pourraient-ils... par Bernard Viallet (2008-12-01 22:19:34) 
[en rponse 6433]

... sans doute qu'ils pourraient beaucoup mais certainement pas seuls et contre tout le monde. C'est un combat moral, intellectuel et même spirituel de longue haleine qu'il faut absolument mener dans l'intérêt de nos enfants et de nos petits enfants. Actuellement, je crains que l'opinion publique ne soit pas encore "mûre". Je devais organiser il y a peu, des tables rondes dans mon école, sortes d'Etats Généraux de l'école à l'initiative de je ne sais plus quel ministre. Savez-vous quelle était la préoccupation principale des parents d'élèves ? Ce n'était pas : "Comment pouvons-nous faire tous ensemble pour que nos enfants apprennent mieux ? " mais "Comment pourraient-ils être plus heureux et plus détendus à l'école ? Comment est-ce que l'école pourrait être plus agréable et plus ludique pour eux ? "
L'époque est à la facilité et à l'assistanat et non au courage et à l'exigence. Mais les mentalités peuvent évoluer surtout dans le cadre d'une crise grave.