Le Forum Catholique

http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=6233
images/icones/1b.gif  ( 6233 )Cher Denis par Philippe Maxence (2008-11-24 14:09:44) 

Deux petites questions, en passant (pour montrer aussi à XA que je m'intéresse au Forum catholique…) :

– La quatrième de couverture de votre ouvrage parle de : « Thomisme subversif, anarchisme eucharistique, aristotélisme révolutionnaire, orthodoxie radicale, augustinisme postmoderne, théologie postlibérale ». Avec l’utilisation de ces termes « chocs », ne sommes-nous pas là placés dans l’enfermement « publicitaire » propre à notre monde, et donc une sécularisation même de la théologie, que vous dénoncez à juste titre dans cette étude ? En quoi, en effet, le thomisme ou les thomismes, doit ou doivent-ils être « subversif(s) » pour nous intéresser ? Et « subversif » par rapport à quoi ? Qu’est-ce qui est prédominant dans la terminologie « anarchisme eucharistique » ? L’anarchie ou l’eucharistie ? Etc.

– La terminologie « d’orthodoxie radicale » semble renvoyer au mouvement « Radical orthodoxy » ? Est-ce bien le cas ? Si c’est le cas, en dehors de son intérêt que je ne nie pas, en quoi ce mouvement est-il « orthodoxe », et s’il l’est, en quoi cette orthodoxie est-elle « radicale » ? Il me semble que pour être à la fois « orthodoxe » et « radicale » ou « radicalement orthodoxe », il faudrait que ce mouvement, dans ses principaux ténors, opèrent une conversion au catholicisme intégral. Quel est votre avis sur le sujet ?
images/icones/neutre.gif  ( 6244 )Cher Philippe par Denis SUREAU (2008-11-24 18:40:15) 
[en rponse 6233]

L'éminent chestertonien que vous êtes, sensible aux paradoxes de notre foi, peut comprendre la dimension provocatrice de ces oxymores. Certains ont été appliqués aux penseurs que je présente par leurs adversaires, d'autres ont été revendiqués pour marquer l'opposition de la théologie chrétienne au désordre établi. A vrai dire, il y a toujours eu (même à l'intérieur de l'Eglise) des tendances qui se donnaient des noms ou en donnaient à leurs adversaires. Au Ier siècle saint Justin se disait athée face aux païens : «  nous sommes les athées de tous les prétendus dieux ». Il faut évidemment au-delà du choc des mots.
Le thomisme peut être dit subversif par rapport à une société qui prétend se construire non en favorisant l'épanouissement des vertus au sein de communautés finalisées par le bien commun (Dieu en ultime analyse), mais en suscitant la confrontation des intérêts individuels.
L' « anarchisme eucharistique » évoqué seulement deux ou trois fois par William Cavanaugh évoque le potentiel qu'a l'Eucharistie de « faire le Corps du Christ ». Il explique dans Eucharistie et mondialisation (p. 84) : « Par cette pratique, les chrétiens aujourd'hui, comme les Pères soumis au joug de l'Empire romain païen, prennent part à un acte à la fois liturgique et politique, qui est un acte véritablement « anarchique ». Non pas qu'il provoquerait le chaos, mais parce que la leitourgia publique de l'Église dénonce l'ordre mensonger de l'Etat en manifestant ici et maintenant la royauté du Christ, dans l'Eucharistie, coeur de la vraie religio, qui nous incorpore au Corps du Christ, où réside notre salut. »

L' « orthodoxie radicale » mentionnée en quatrième page de couverture renvoie effectivement au mouvement auto-proclamé « Radical Orthodoxy », dont les deux ou trois chefs de file sont des anglo-catholiques. S'ils adhèrent à 95% des dogmes de l'Eglise catholique romaine (soit beaucoup plus que nombre de théologiens catholiques officiels!), les 5% manquants (portant sur le Magistère et les ministères) font que leur orthodoxie n'est effectivement pas aussi radicale qu'elle devrait l'être. En fait « radical » signifie surtout chez eux retour aux racines. Ils sont orthodoxes peut-être comme Chesterton l'était en écrivant Orthodoxie avant sa propre conversion. Mais il faut souhaiter qu'à la suite de Gilbert Keith les radicaux-orthodoxes rentrent à leur tour dans la pleine communion de l'Eglise romaine.

images/icones/1e.gif  ( 6248 )Cher Denis (bis) par Philippe Maxence (2008-11-24 18:48:43) 
[en rponse 6244]

Merci de cette longue réponse, qui joue évidemment sur la corde sensible du petit chestertonien que je suis. Vous êtes doué, surtout après un autre échange entre nous, plus colérique celui-là.
Petite question quand même : Chesterton n'était pas théologien, mais a finalement abordé le rivage catholique (en 1922; il a pris son temps). Est-ce que les théologiens de l'orthodoxie radicale ont montré une attirance réelle vers le catholicisme romain ? Je mets à part bien sûr Bill Cavanaugh.

PS : merci d'avoir souligné que l'HN n'était pas la Pravda. Vous laissez effectivement entière liberté à l'impertinent rédacteur en chef.
images/icones/1a.gif  ( 6263 )Vous avez dit l'Homme Nnouveau n'est pas la Pravda? par Métronome (2008-11-24 19:29:18) 
[en rponse 6248]

heureusement!

En tout cas ça fait plaisir de vous voir discuter sur le FC. C'est XA qui va être content!
images/icones/1b.gif  ( 6264 )Ben oui... par XA (2008-11-24 19:33:40) 
[en rponse 6263]

... on sait bien où est la Pravda dans l'univers de la presse tradilandaise eheh. Il semble que l'emploi de ce substantif ait même valu au dit journal un abonné supplémentaire, à en croire le dernier courrier des lecteurs. Il faudra un jour que la presse catholique pense à faire appel à mes services pour booster ses ventes et ses abonnements...

Bonne soirée !

XA
images/icones/neutre.gif  ( 6352 )Vers la conversion par Denis SUREAU (2008-11-25 18:06:17) 
[en rponse 6248]

Oui, les Radicaux Orthodoxes sont fascinés par l'Eglise. Milbank a failli se convertir 2 fois. Hauerwas demande à ses étudiants de devenir catholiques (et certains le font). Long explique aux protestants qu'ils ont besoin d'un pape etc.
Après, il y a des obstacles plus intimes au passage "to Rome"...