Le Forum Catholique

http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=4631
images/icones/sacrecoeur.gif  ( 4631 )Le risque de l'engagement politique? par Gentiloup (2007-12-31 12:46:29) 

Pensez-vous que la Doctrine sociale de l'Eglise entraîne de facto un engagement politique de la part des chrétiens à un niveau ou à un autre?

Et dans ce cas le risque n'est-il pas très grand, avec les lois incontournables et pernicieuses de la République, de partir de bonnes intentions pour aboutir au moindre mal, qui de moindre mal en moindre mal ne fait que dégringoler dans l'abîme du mal?

Le risque n'est-il pas très très grand de faire d'un chrétien DANS ce monde, un chrétien DE CE monde?

Merci d'avance.
images/icones/neutre.gif  ( 4656 )le risque de l'affadissement par Cyril Brun (2008-01-02 20:18:10) 
[en rponse 4631]

Vous touchez très justement le fond du problème.
Le moindre mal ne peut être de façon durable la meilleur solution et je lui préfère le mieux possible. Le moindre mal vise à limiter la casse, tandis que le mieux possible cherche à tirer vers le haut. Mais il est évident que le mieux possible ne peut devenir la norme de conduite et concerne des situations qui exigent une réponse entre deux maux. Mais il ne faudrait pas se réfugier derrière le moindre mal ou le mieux possible pour prétexter de ne rien faire ou faire moins. il y des choses qui ne peuvent moralement se justifier. Le moindre mal n'est acceptable que face à une alternative où je suis obliger de poser un acte et de choisir entre deux maux. Nous avons aussi le devoir de vérité et de dire au monde cette vérité. En revanche, il peut y avoir une progressivité dans l'affirmation de la vérité, parce que le moment n'est pas venu, par exemple. Mais cela suppose d'avoir comme finalité la réalisation de la vérité. Il ne peut s'agir d'être complice, même passif. cela suppose une préaparation aux martyre. car pour annoncer la Vérité dans le monde d'aujourd'hui, il faut être prêt aux vexations, aux contradictions.
C'est pourquoi, il faut que les chrétiens se soutiennent et se sentent soutenus et s'enracinent dans l'amour de Dieu afin de ne pas reculer face au devoir de vérité. Attendre le meilleur moment n'est pas la même chose que se cacher frileusement.
images/icones/hein.gif  ( 4657 )Oui mais de façon pratique SVP? par Gentiloup (2008-01-02 21:03:28) 
[en rponse 4656]

Merci de votre réponse, mais concrètement, comment faut-il la prendre?
Ne doit-on pas reculer devant les risques? Car courir au martyre c'est très bien, mais il faut tenir la distance et ne pas se surestimer ce qui est pire que de ne rien faire.

Courir au martyre lorsqu'il s'agit de ne pas renier le Christ face à son bourreau c'est déjà difficile, mais ne pas tomber tout doucettement dans les pièges des adversaires et dégringoler marche par marche parcequ'ils ont des armes moins franches et aucune retenue pour manipuler de la façon machiavélique que notre religion nous interdit? C'est autre chose, croyez-moi! J'en ai connu de très forts qui se sontfait piéger! Avez-vous pensé au pièges que constitue toutes les prébendes du pouvoir, si minime soit-il? Et à l'impossibilité de sortir de ce piège qui paraît anodin au départ?

Merci d'avance de votre réponse.

Gentiloup
images/icones/3f.gif  ( 4658 )Pardon, mais... par Le Webmestre (2008-01-02 21:06:57) 
[en rponse 4657]

compte tenu du nombre de questions et de l'heure qui avance, je ne suis pas certain que l'on puisse envisager des prolongements. Cela dit, je ne veux en rien empêcher Cyril Brun de répondre, bien sûr !
(sachant que cet espace restera ouvert un certain nombre de jours, si M. Brun veut et peut y revenir...)

XA