Le Forum Catholique

http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=18
images/icones/neutre.gif  ( 18 )Position par Adso (2006-05-31 18:10:58) 

Le regard bienveillant de Rome vis à vis de l'OD a t'il toujours été de mise, ou y a t'il eu une période pré conciliaire où, à travers des textes par exemple l'on pouvait dégager une forme de condamnation ou de reserve sur ses activités ?
images/icones/neutre.gif  ( 19 )Raison de la question par Adso (2006-05-31 18:14:25) 
[en rponse 18]

Je pose cette question par ce que l'on a l'impression que tout change avec le concile, que l'OD y trouve un nouvel élan.

A partir de là, beaucoup de fidèles traditionalistes considèrent l'OD un peu comme une "fille du concile" ou du moins comme regenérée par ce concile et donc ont une vision négative.

merci
images/icones/neutre.gif  ( 37 )EXACT par Patrice de Plunkett (2006-05-31 19:08:24) 
[en rponse 19]

Oui, il y a un malaise entre certains traditionalistes et l'Opus Dei. Ca dure depuis des dizaines d'années. Et ça continue à l'heure actuelle... Un dialogue franc et clair pourrait résoudre le problème, d'autant que beaucoup d'eau a passé sous les ponts et que la question conciliaire ne se pose plus du tout dans les mêmes termes aujourd'hui que dans les années 1970-1980 ! Maintenant, bien sûr, si certains veulent continuer à croire que Vatican II est l'abomination de la désolation... (1)

(1) A ceux-là, je me permets de conseiller de lire la constitution dogmatique du concile sur l'Eglise. Et celle sur la liturgie. Elles sont, l'une et l'autre, aux antipodes du "progressisme" !
images/icones/neutre.gif  ( 21 )ROME et L'OPUS par Patrice de Plunkett (2006-05-31 18:23:43) 
[en rponse 18]

Le fait est que tous les papes depuis Pie XII ont soutenu l'Opus Dei, et que c'est Pie XII qui a fait le premier pas décisif en donnant un statut romain à l'Opus, puis en instaurant la formule des "instituts séculiers" (totale innovation à l'époque).
Le fait est, aussi, que la fameuse "prélature personnelle" accordée à l'Opus par Jean-Paul II, est une formule créée par le concile Vatican II, et dont l'Opus a simplement été le premier bénéficiaire.
Mais Jean-Paul II n'a rien fait de révolutionnaire (ou de réactionnaire)en s'appuyant notamment sur l'Opus Dei... Il prenait simplement acte de l'existence de forces vives (dont aussi les communautés nouvelles, etc), qui venaient prendre la relève de structures bricolées dans les années 1970. Structures rapidement devenues des "coquilles vides", selon le mot du cardinal Ratzinger.