Le Forum Catholique

http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=2428
images/icones/hein.gif  ( 2428 )De l'exemplarité du pape par Xavier Arnaud (2007-03-26 15:25:25) 

En page 78 de votre livre, vous écrivez : "Or, à l'intérieur de l'Eglise, beaucoup, dans ces années de turbulence, se sont battus pour le respect scrupuleux des règles liturgiques et pour la défense de l'intégralité de la doctrine catholique. Paul VI et Jean Paul II en tête, que les "tradis" ont si souvent contestés."

Peut-on réellement affirmer que les grands-messes célébrées par le pape Jean Paul II, au cours de ses différents voyages notamment, étaient des modèles de bonne application du missel promulgué par son prédécesseur ? Certains n'y ont - ils pas trouvé précisément là une "bonne" raison de ne pas obéir aux directives romaines dans le domaine liturgique ?
images/icones/neutre.gif  ( 2494 )[réponse] par Guillaume Tabard (2007-03-26 22:26:35) 
[en rponse 2428]

A quelle messe précisément faites-vous allusion ?
La manière de célébrer de Jean-Paul II est je pense l'un des plus beaux témoignages sur l'amour de l'eucharistie et le sens de la célébration.
Peut-être a-t-il dû accepter de fermer les yeux sur certaines "particularités locales" qu'on lui a imposé ça et là. Je ne sais pas. Mais de là à y trouver des raisons de ne pas obéir aux directives romaines, n'est-ce pas pousser le bouchon un peu loin ?
images/icones/tele.gif  ( 2499 )Les grands-messes par Xavier Arnaud (2007-03-26 22:34:06) 
[en rponse 2494]

Celles que l'on passe à la télévision, du type JMJ ou messes célébrées au cours de voyages, et pas seulement en terres africaines... On y assiste à des dérives étonnantes avec une participation très pressante des fidèles qui vont parfois à l'encontre de ce qui était écrit et préconisé. Je ne nie pas le fait qu'il y ait pu y avoir quelque ferveur, bien sûr. Mais en revanche, ces cérémonies n'étaient pas de celles qui pouvaient faire tendre vers une resacralisation de la Messe au sein des paroisses. Avec Benoit XVI, on pensait que les choses évolueraient un peu. Mais il semble que cela ne soit pas bien le cas, pour l'instant non plus (cf. messe des premières JMJ auxuquelles il a assistées en tant que Souverain pontife). Il est vrai qu'un certain Monseigneur sévit encore en grand cérémoniaire...
images/icones/neutre.gif  ( 2503 )[réponse] par Guillaume Tabard (2007-03-26 22:36:44) 
[en rponse 2499]

J'ai cru comprendre que le cérémoniaire en question devait être appelé à d'autres fonctions...
Mais soyez plus précis. Qu'y avait-il de choquant dans la messe des JMJ de Cologne (à part la laideur du velum au dessus de l'autel...)?
images/icones/fleche3.gif  ( 2506 )rappelez St Jacques de Compostelle par Chouette (2007-03-26 22:40:01) 
[en rponse 2503]

en 1989...Terrible la liturgie !!! Voilà un exemple pour conforter ce qu'explique Xavier

Je me souviens avoir apostrophé gentîment le professeur Lejeune qui en revenait, lors du premier congrès international sur le Linceul de Turin à Paris...
images/icones/1g.gif  ( 2507 )Je n'ai pas d'image précis en tête par Xavier Arnaud (2007-03-26 22:44:25) 
[en rponse 2503]

Mais ce côté finalement messe-spectacle avec recours à plusieurs figurants, ne laissant pas vraiment la place centrale au prêtre, en l'occurrence Souverain Pontife. Cette impression aussi de bruit permanent, qui pour ma part ne correspond pas à ma spiritualité et qui me fait trouver que l'on a vraiment changé certaines choses dans la messe, au - delà du texte lui-même et de l'oronnancement des rubriques. Dans votre livre, vous expliquez bien que le nouveau missel n'a pas opéré en soi de révolution. Mais il y a un tel décallage entre l'esprit de la lettre et son application, qu'aujourd'hui, on ne sait plus trop où est passé l'esprit. Il y a une vraie confusion, confusion que l'on retrouve au cours de ces messes grand public. Il faudrait que je revois les images pour vous montrer des exemples précis. Mais c'est avant tout un climat général. Un exemple à mon sens périlleux compte tenu de l'usage qui peut en être fait ensuite pour justifier du grand n'importe-quoi en paroisse.