Le Forum Catholique

http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=2439
images/icones/neutre.gif  ( 2439 )Le NOM a-t-il un avenir ? par Justin Petipeu (2007-03-26 19:18:00) 

Bonsoir,

dans votre article du Figaro du 9/11/2006, vous écrivez :


Surtout, même sur la base du texte qui circule, il ne serait nullement question de remplacer la messe de Paul VI par celle de saint Pie V, mais simplement de généraliser la possibilité de célébrer la seconde. Autrement dit, pour les fidèles de la première, l'écrasante majorité des pratiquants, rien ne serait changé.



Il semble pourtant que la messe de Paul VI est dans le collimateur de la Curie. Chacun sait que le pape régnant ne la porte pas dans son coeur (beaucoup de ses livres parlent de réformer la réforme) et les prélats qu'il a nommés à la Curie en parlent aussi ouvertement, ainsi Mgr Ranjith n'hésite pas à dire que la messe de Paul VI "n'a jamais décollé".

Aujourd'hui, il semble qu'un motu proprio soit sur le point d'être publié. Je me doute que celui-ci prendra les précautions de style nécessaires pour ne pas choquer les catholiques lambda qui assistent à la nouvelle messe...Néanmoins, le camouflet sera de taille pour les partisans du NOM. Je ne crois pas qu'il y ait d'exemple dans l'Histoire de la coexistence de deux rits romains, l'un officiellement âgé de près de 500 ans - mais en fait prenant son origine bien avant - et l'autre d'une quarantaine d'années. Quoi que l'on en dira, il est évident que le NOM est un rite "mort-né"...Entre ceux qui prétendent qu'il n'a jamais été célébré ou très confidentiellement, comme M. Crouan, et sa remise en cause aussi rapide (40 ans, dans le temps de l'Eglise, n'est rien ou si peu), est-il raisonnable de s'attacher à toute force à cette réforme de Paul VI ?
images/icones/neutre.gif  ( 2448 )[réponse] par Guillaume Tabard (2007-03-26 20:13:30) 
[en rponse 2439]

D'abord, le motu proprio n'est pas paru.
Ayons tous la sagesse de ne pas présager de ce que décidera Benoît XVI.Et que personne ne le tire par avance du côté qui l'arrange.
L'une des forces de Benoît XVI est la précision autant que le courage de sa pensée et, partant, sa précision dans le choix des mots.
Avant comme après son élection, il a effectivement exprimé des réserves précises sur la mise en oeuvre de la réforme liturgique. Il ne l'a jamais condamnée en tant que telle. Tout ce qu'il a dit va dans le sens d'un retour à l'intention première du concile et pas dans celui d'une remise en cause radicale.
Mort-né le missel de Paul VI ? Sincèrement, je ne le crois pas. Quoi qu'on puisse dire des dérives constatées (et dans mon livre, je ne les minore pas), la messe telle qu'elle est célébrée continue de nourrir des millions de chrétiens dans le monde et de susciter des vocations sacerdotales.
Ne jugeons pas le missel de Paul VI à la situation française qui a d'ailleurs des causes extra-liturgiques. Mort né ? Non. Mais un peu d'assistance respiratoire est peut-être nécessaire pour qu'il vive pleinement...