Le Forum Catholique

http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=2089
images/icones/hein.gif  ( 2089 )Quelle mode d'instruction ? Quelle école ? Votre position ? par Glycera (2007-02-22 19:31:55) 


Que pensez-vous de la loi qui limite l'instruction à la maison ?
Pensez-vous l'école (institution externe) meilleure que les familles ? Et ses carcans basés sur l'âge ?
Que pensez-vous des cartes scolaires ? de l'emprise des rectorat sur les autorisations d'ouverture de classes dans les écoles dites "libres" (ou pire dites "privées") ?
Pensez-vous qu'un système de chèque scolaire - subvention versée à tout type d'école ou aux familles- au prorata des enfants instruits serait possible ?

Bref, que faire vis à vis du "mammouth" et de ses sbires quand on est parent catholique et conscient de ce droit naturel et divin de l'autorité des pères de famille, y compris pour le choix du mode d'instruction des enfants ?

Merci à vous.
Glycéra
images/icones/neutre.gif  ( 2092 )[réponse] par Bernard Antony (2007-02-22 19:47:54) 
[en rponse 2089]

La loi votée aujourd'hui par le parlement est exécrable. Elle est dans la continuité du totalitarisme jacobin visant à contrôler l'homme de la naissance (quand on le laisse naître...) jusqu'à la mort. Tout vise à une inversion radicale des valeurs, à la destruction de la famille, des droits et des devoirs des parents. Bien sûr, il faudrait une autre organisation de l'Education nationale fondée sur l'institution du chèque scolaire. En attendant, il ne faut pas désespérer. Il faut organiser toutes les initiatives possibles de bon enseignement -école, bien sûr, mais peut être aussi cours du soir, écoles d'été, pour sécreter les antivirus nécessaires.
images/icones/fleche3.gif  ( 2096 )Autrement dit si "l'école" devient obligée... par Glycera (2007-02-22 19:56:03) 
[en rponse 2092]

Prendre la moins nocive, faire comprendre aux enfants que tout y est douteux, ou du moins énormément de choses y sont païennes et mauvaises..., et les immuniser avant.

Par exemple :
les instruire avant, (le soir, les vacances...) et les mettre à l'école, en retard sur les autres s'il le faut, quand ils ont la maturité suffisante de ne pas se laisser contaminer, s'ils savent déjà ?

En effet, je pense mauvais, et même nocif de laisser aller les enfants, de leur dire d'être sages et attentifs, et ensuite d'essayer de gommer les mauvaises notions... Cuirasser leur âme avant ?

On devrait avoir l'arsenal légal pour y parvenir ...
Pensez-vous que cela peut être l'objet d'une vraie solidarité parmi les parents qui ont vu le problème ?

Merci beaucoup de votre première réponse
Glycéra
images/icones/neutre.gif  ( 2112 )[réponse] par Bernard Antony (2007-02-22 20:41:46) 
[en rponse 2096]

Absolument. Il y a d'ailleurs beaucoup d'enseignants tout à fait d'accord avec nous. C'est autour d'eux que l'on peut bâtir des groupes de soutien aux enfants et de réaction contre les abominations qui hélas abondent dans le système scolaire.
images/icones/macos.gif  ( 2116 )S'il faut entrer en guerilla... par Glycera (2007-02-22 20:46:55) 
[en rponse 2112]

il est bon d'en être conscient jeune...

Pas pour employer les enfants comme ces terroristes ou ces enfants soldats dans les pays d'Afrique, mais pour qu'ils soient au fait des dangers que le domaine public peut leur faire courir, et qu'ils deviennent à leur mesure des soldats du Christ.

On en a vu des exmples magnifiques et porteurs chez les romains, et durant la révolution, où des prêtres ont pu survivre grâce à des enfants astucieux...

Cela est un mal d'avoir cet atmosphère...
Et un bien d'en faire des familles solides ...
Que Dieu les garde unies ! C'est moins évident en ce moment !

Merci de vos réponses.
images/icones/fleche2.gif  ( 2106 )Oui, mais... par Franck (2007-02-22 20:20:29) 
[en rponse 2092]

Bien sûr, il faudrait une autre organisation de l'Education nationale fondée sur l'institution du chèque scolaire.



Le chèque scolaire ferait (fera?) que les parents ne seraient (seront?) plus usagers, mais clients de l'école (privée ou publique, de leur quartier ou d'ailleurs). Bien. C'est une solution intéressante pour la part de la population qui s'intéresse à l'enseignement donné à ses enfants. Organiser, en attendant, des 'contre-virus' est également très intéressant, mais là encore ça ne concerne que les familles qui s'occupent et se préoccupent de l'enseignement donné - et qui se situent grosso modo 'de notre côté'.

Une fois qu'on a dit cela -qui est très bien- il reste une part de la population scolaire: celle dont les parents ne se posent même pas la question, soit par manque d'aisance intellectuelle (le quart-monde qui est en France), soit parce que mettre en cause l'école ne leur vient pas à l'esprit (le tiers-monde qui est en France), soit par manque d'intérêt, soit encore parce que ce qui hérisse dans nos milieux leur convient très bien, à eux.

Donc, vous avez une part des élèves qui bénéficieraient de vos propositions - et puis vous avez une part qui n'en bénéficieraient pas et resteraient dans le système tel qu'il est. Dans la mesure où vous êtes un homme politique, vous vous devez de proposez quelque chose pour eux aussi - non pas seulement pour les enfants des parents qui pensent comme vous.

Et donc je pose ma question: programme, structure, organisation, etc: que changeriez vous dans le système public d'enseignement, actuellement connu sous le nom d'Education Nationale.

(Cela dit, je comprendrais très bien que vous vous en teniez à un constat global d'insatisfaction, au plan des principes - sans forcément avoir en poche une réforme générale du système, ce qui est plus technique.)
images/icones/neutre.gif  ( 2119 )[réponse] par Bernard Antony (2007-02-22 20:57:32) 
[en rponse 2106]

Vos observations sont judicieuses mais une réforme permettant déjà de bâtir à côté du sytème actuel constituerait déjà une formidable révolution et ce n'est plus, avec le chèque scolaire justement,une question de niveau social. Pour le reste, il y a évidemment à reconsidérer ensuite tout le système éducatif à partir de l'enseignement primaire et à redéfinir la finalité des différents enseignements et en finir avec les aberrations pédagogiques de la lecture globale faites pour formater les cerveaux de nos enfants et les empêcher d'acquérir un esprit critique. Il faudra aussi revoir les livres scolaires qui sont de plus en plus des manuels de propagande voire de perversion. Arrêter ces mauvaises politiques est déjà une première étape. Mais vous pensez bien que définir dans le cadre de cet entretien toutes les réformes nécessaires est impossible.
images/icones/1f.gif  ( 2130 )Les professeurs de l'Education Nationale par Ambroisine (2007-02-22 21:27:05) 
[en rponse 2119]

n'ont aucune liberté pédagogique. Les textes officiels leur donnent non seulement les connaissances à transmettre aux élèves, mais aussi et surtout la manière dont ils doivent transmettre ces connaissances.

Il me semble que le combat pour la liberté pédagogique qui serait déjà une petite révolution peut être mené avec des enseignants de tous bords. Ils sont nombreux à vouloir sortir de ce carcan. J'ai un souvenir personnel d'une conférence houleuse donnée en fin d'année d'IUFM par un inspecteur. Pris à parti par plusieurs d'entre nous (sans que nous nous soyons concertés...) lui démontrant l'absurdité et la pauvreté de leurs méthodes pédagogiques et le mettant au défi de les rendre efficaces, ils nous a simplement répondu ces quatre mots : "Faites preuve d'imagination "(!)

Ce combat-là est déjà mené entre autres par des gens comme Marc Le Bris ; est-ce qu'il n'y a pas possibilité de se regrouper au delà des convictions religieuses ou politiques de chacun ?
images/icones/neutre.gif  ( 2142 )[réponse] par Bernard Antony (2007-02-22 21:59:29) 
[en rponse 2130]

Vous avez raison. Le combat pour l'éducation est un combat qui dépasse largelent les clivages droite / gauche et devrait engager l'ensemble des français car il concerne directement nos enfants. La révolution psycho pédagogique n'est rien d'autre qu'une stratégie globale d'abrutissement et de conditionnement massif de nos enfants afin de mieux pouvoir les manipuler par la suite. Il faut absolument se mobiliser contre cette entreprise de destruction des cerveaux et d'endoctrinement des esprits qui sévit désormais à grande échelle. Les hommes de bonne volonté de tous bords sont les bienvenus dans ce combat. Le travail mené par Marc Le Bris et d'autres à ses côtés est de première importance même s'il se heurte et se heurtera à de fortes résistances de la part de l'institution. Je ne puis que vous encourager en tous les cas à prendre en charge à toute occasion ce problème. Car c'est aux enseignants eux-mêmes, surtout aux plus jeunes, de se mobiliser contre ces théories fumeuses qui ne sont rien d'autre qu'un moyen pour les trotskystes de détruire la jeunesse en faisant passer par l'école une révolution qu'ils n'ont pas réussi à faire passer victorieusement par la rue.
Je ne puis que vous recommander les articles publiés par Jeanne Smits sur le sujet dans le journal Présent