Le Forum Catholique

http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=992
images/icones/interdit.gif  ( 992 )Cas de conscience par XA (2006-12-18 11:41:51) 

Vous est-il arrivé au nom de vos convictions religieuses de refuser de traiter une information ? Y a-t-il des sujets en particulier que vous refusiez de couvrir ? Si oui, merci de nous donner quelques exemples.
images/icones/carnet.gif  ( 1055 )A "Présent" par Olivier Figueras (2006-12-18 18:53:59) 
[en rponse 992]

la question ne se pose pas. On ne peut aborder ce type de media en étant en désaccord avec sa ligne éditoriale.
images/icones/1v.gif  ( 1057 )[réponse] par Philippe Maxence (Homme Nouveau) (2006-12-18 18:54:42) 
[en rponse 992]

Traiter une information, pas vraiment ! Refuser un scoop, oui ! C’est arrivé ce mois-ci où nous avons eu en main des documents concernant des projets liturgiques datant des années quatre vingt, documents que nous n’avons pas voulu publier pour ne pas desservir le bien commun de l’Église (à notre avis, mais c’est un jugement que l’on peut ne pas partager) et qui a été finalement publié par un grand quotidien du matin.
images/icones/5b.gif  ( 1071 )Ah oui ? par Sophie de Ravinel (Le Figaro) (2006-12-18 19:03:58) 
[en rponse 1057]

Bonsoir Philippe !
C'est qui le quotidien du matin ;-)
Pour ma part, je n'ai pas vu en quoi cela pouvait porter atteinte au bien commun de l'Eglise. De toute manière, le scoop était "limité". Des déclarations opposées au rite Saint Pie V par le cardinal Ratzinger en eût été un.
Dommage que vous ne l'ayez pas publié. Vous auriez sans doute eu la place nécessaire pour l'offrir en entier en pature à vos lecteurs , ce que je n'ai pas été en mesure de faire, hélas.
images/icones/fleche2.gif  ( 1171 )[réponse] par Philippe Maxence (Homme Nouveau) (2006-12-18 19:53:46) 
[en rponse 1071]

Bon, je découvre seulement la réponse de Sophie maintenant. Entre le quotidien du matin en question et nous, il y a une petite différence parmi toutes les grandes différences qu'il y a par ailleurs. Du côté du quotidien en question, c'était une information. Du notre, cela aurait été un acte militant, avec des implications différentes, notamment au sein de l'Église et par rebondissement sur nous. Nous ne sommes pas à la même place et avec les mêmes choix à faire. Cela fait aussi partie des différences de notre métier.
images/icones/neutre.gif  ( 1058 )Conscience par Nicolas Senèze (La Croix) (2006-12-18 18:57:13) 
[en rponse 992]

Cas de conscience ? Cela ne m'est à ce jour jamais arrivé. Ni même de refuser de traiter un sujet... Par contre dire que les éléments en ma possession ne me permettaient pas encore d'écrire un article à la date prévue et qu'il me fallait approfondir et vérifier : oui. Et cela a été totalement compris.
images/icones/1b.gif  ( 1060 )A voir... par Sophie de Ravinel (Le Figaro) (2006-12-18 18:57:44) 
[en rponse 992]

Nous n'avons pas de conscience, c'est bien connu.
Me souviens avoir résisté à une belle tempête lorsque j'ai parlé des accusations portées contre le Fondateur des Légionnaires du Christ. C'était un an avant la condamnation "soft" de ce prêtre par le Vatican. Depuis les affaires de pédophilie que j'ai couvert depuis Rome en 2002, je pense que ce type d'info, de toute manière et à plus ou moins long terme, est publiée. Mieux vaut le faire avant et mieux que les autres. Je parle de mon média, pas d'un média explicitement catholique qui pourrait être désireux de laisser faire aux autres le sale boulot !!!
images/icones/1b.gif  ( 1074 )À Sophie par Philippe Maxence (Homme Nouveau) (2006-12-18 19:06:42) 
[en rponse 1060]

Ce n'est pas forcément une question de laisser à d'autres le soin de faire le sale boulot. C'est une question de jugement prudentiel (je parle à l'ancienne étudiante du Cephi). Selon les questions, il peut arriver qu'un journal catholique préfère attendre avant de publier certaines informations. Dans d'autres cas, il jugera nécessaire d'en publier d'autres qui auront sur son public spécifiquement catholique une résonnance plus importante que pour le grand public. Il n'y a pas que les histoires de prêtres pédophiles qui peuvent être scandaleuses…
De toute façon, je ne sais pas si nous avons une conscience, mais avons-nous seulement une âme ?
images/icones/neutre.gif  ( 1081 )Est-ce rester journaliste? par Marc B. (2006-12-18 19:09:57) 
[en rponse 1074]

Est-ce rester journaliste que de choisir les faits à traiter en fonction de sa conscience ou de sa foi (ou les deux)?

Cerla fait de vous des militants. Un journaliste catholique est-il nécessairement un militant.


P.S.: mon titre est volontairement ironique, ne m'en veuillez pas.
images/icones/heho.gif  ( 1087 )Assez simple par Olivier Figueras (2006-12-18 19:12:36) 
[en rponse 1081]

Le catholique est un militant ; le journaliste pas nécessairement. Le reste est donc une question de priorité...
images/icones/neutre.gif  ( 1116 )catholique journaliste par Sophie de Ravinel (Le Figaro) (2006-12-18 19:23:56) 
[en rponse 1087]

En ce qui me concerne, je suis une catholique qui exerce le métier de journaliste. Et non pas une journaliste catholique. Et je ne pense pas en terme de priorité, plutôt d'équilibre.
So
images/icones/neutre.gif  ( 1121 )Pleinement catholique et pleinement journaliste par Nicolas Senèze (La Croix) (2006-12-18 19:27:24) 
[en rponse 1116]

Les deux jouent sur des registres différents.
Le journaliste qui se trouve être aussi catholique a d'abord, comme catholiqque, le devoir d'être un bon journaliste... C'est ici que les deux se rejoignent.
images/icones/croix.gif  ( 1236 )Priorité par Olivier Figueras (2006-12-18 20:35:36) 
[en rponse 1116]

Chère Sophie,

Je ne pense pas non plus en terme de priorité. Il me semble pourtant que certains se veulent (ce que vous appelez) des journalistes catholiques. Pour ma part, je pense qu'il me serait possible d'abandonner - difficilement - le journalisme. La question ne se pose évidemment pas pour le catholicisme.

Olivier
images/icones/1b.gif  ( 1101 )Olivier, par Philippe Maxence (Homme Nouveau) (2006-12-18 19:17:58) 
[en rponse 1081]

est allé plus vite que moi pour répondre. J'ajouterai que le travail du journaliste est d'établir une hiérarchie dans l'information, un tri, un ordre (le propre du sage est d'ordonner selon saint Thomas d'Aquin). On ne peut pas tout traiter. D'où la nécessité de choisir en fonction de sa foi, de son lectorat, du but de son support. Un journal de cuisine ne parlera pas forcément du Motu proprio attendu sur la messe sans forcément être contre ou pour ce texte. Un journal de tendance tradis évoquera ou aura tendance à évoquer les thèmes qui intéressent son lectorat. Comme un boucher ne vend habituellement pas de poisson (pas terrible comme comparaison, n'est-ce pas ?).
images/icones/5b.gif  ( 1110 )Le motu proprio, c'est du poisson? par Marc B. (2006-12-18 19:21:50) 
[en rponse 1101]

Pardon, votre comparaison est très claire, merci
images/icones/neutre.gif  ( 1194 )Moins libre ? par Gérard Leclerc (France Catholique) (2006-12-18 20:08:11) 
[en rponse 1081]

Je vois mal pourquoi un journaliste engagé serait plus bridé qu'un autre dans le traitement des faits. Et je me méfie de ceux qui se prétendent non engagés et qui s'aventurent en toute bonne conscience sur des terrains qu'ils connaissent mal et où ils sont tentés d'être péremptoires. Le seul obstacle sérieux qui se présente parfois à moi concerne des amis personnels qui sont mis en cause. En ce cas, je préfère parfois la discrétion, quitte à m'engager lorsqu'ils sont victimes d'accusations mensongères.
images/icones/neutre.gif  ( 1254 )Conviction et esprit critique par Nicolas Senèze (La Croix) (2006-12-18 20:50:39) 
[en rponse 1194]

Cela me rapelle une excellente conférence du philosophe Olivier Abel lors des dernières Journées François de Sales (organisées chaque année à Annecy par la Fédération française de la presse catholique). je cite l'extrait d el'article que j'y avais consacré

« Mais pourquoi faudrait-il dresser la conviction contre l'esprit critique ? », s'interrogeait, à son tour, le philosophe Olivier Abel, dénonçant « une fausse critique qui ronge toutes les convictions pour ne laisser place qu'à de fausses convictions qui ne sont que de nouveaux dogmatismes, de nouvelles certitudes ». Pour le philosophe protestant, la critique a ainsi « passé les bornes » et il s'agit aujourd'hui non plus « de lutter contre la crédulité et l'imposture, mais contre l'incrédulité et la volonté d'oublier ».
images/icones/neutre.gif  ( 1127 )anima mea par Sophie de Ravinel (Le Figaro) (2006-12-18 19:27:59) 
[en rponse 1074]

Je te suis parfaitement sur le jugement prudentiel, que j'exerce aussi bien entendu. Mais je me méfie des jugements que je peux porter sur ce qui est bon ou non pour l'Eglise. Je tente de prendre des conseils dans ce cas là. C'est pas simple, quoi qu'il en soit. Et le plus pesant dans ce métier est sans doute la responsabilité portée...
images/icones/1b.gif  ( 1151 )bien d'accord, par Philippe Maxence (Homme Nouveau) (2006-12-18 19:43:51) 
[en rponse 1127]

le conseil fait partie du jugement prudentiel d'ailleurs. Je trouve que le grand travers du catholique journaliste au sein d'une publication catholique est de devoir juger sur ce qui est bon ou non pour l'Église. Le lecteur n'attend pas seulement de l'information, qu'il peut avoir ailleurs. Il attend ce jugement. Et du coups, on tombe vite dans l'écueil soulevé à raison. Le journaliste est une proie facile du péché d'orgueil.
images/icones/neutre.gif  ( 1061 )Liberté et reflexion par Guillaume Riffaud (2006-12-18 18:57:58) 
[en rponse 992]

J'ai la chance d'avoir un rédacteur en chef particulièrement attentif et ouvert. Jamais il ne m'imposerait un sujet ou le traitement d'un sujet si je peux lui expliquer en quoi celui-ci est contraire à l'éthique que je m'impose. certains sujets, ou la présentation de certains faits peuvent être plus destructeurs que constructifs. C'est là la limite que beaucoup de journalistes, même non chrétiens, se fixent. Les rédactions pour lesquelles je travaille prennent cela en compte...
images/icones/hein.gif  ( 1102 )Priez vous? par Marc B. (2006-12-18 19:18:29) 
[en rponse 992]

Priez vous avant d'écrire afin que le Saint Esprit vous éclaire?
images/icones/croix_byzantine.png  ( 1117 )Oui et non par Olivier Figueras (2006-12-18 19:24:30) 
[en rponse 1102]

Oui ! lorsque le sujet en vaut la peine. La faiblesse du résultat n'est cependant imputable qu'à celui qui tient la plume - pardon ! qui frappe sur la clavier. Non dans les autres cas - enfin, il y a tout de même la mise en présence de Dieu du matin. S'Il veut bien rester là...
images/icones/croix.gif  ( 1119 )Oui, par Philippe Maxence (Homme Nouveau) (2006-12-18 19:25:34) 
[en rponse 1102]

autant que possible, prière au Saint-Esprit, à Notre-Dame du travail ou à Notre-Dame des études. Sinon un signe de croix sur l'ordinateur et une pensée au cœur. Parfois, on se sécularise et j'ai oublie l'unique nécessaire. Priez pour nous.
images/icones/hein.gif  ( 1126 )Outil de Dieu? par Marc B. (2006-12-18 19:27:54) 
[en rponse 1119]

Vous sentez-vous un outil du Bon Dieu dans votre vie professionnelle?


images/icones/sacrecoeur.gif  ( 1242 )A moins d'être... par Olivier Figueras (2006-12-18 20:38:02) 
[en rponse 1126]

une espèce d'ovni, oui, bien sûr. Mais n'est-ce pas le cas de tout un chacun ?
images/icones/neutre.gif  ( 1120 )question de conscience par Gérard Leclerc (France Catholique) (2006-12-18 19:26:34) 
[en rponse 992]

J'ai eu parfois des scrupules de conscience pour relayer des attaques politiques qui visaient des personnalités. Toutes les polémiques ne sont pas possibles. Mais j'ai toujours eu la chance de travailler dans des médias où j'étais souverainement libre et où les pressions ne s'exerçaient pas à l'encontre de ma conscience.
images/icones/1b.gif  ( 1145 )Mes limites... par Dominique Molitor (Le Choc du mois) (2006-12-18 19:40:25) 
[en rponse 992]

Je n’ai jamais refusé de traiter une information si l’actualité l’exigeait. J’ai été en revanche parfois bien aise de ne pas être dans l’obligation de le faire. Un exemple ? Il se trouve que nous avons tout récemment consacré un numéro du Choc du Mois aux catholiques sous le titre « comment peut-on être catho » eh bien, je vous l’avoue, j’ai été rétrospectivement soulagée qu’un certain voyage en Turquie n’ait pas encore eu lieu quand nous avons bouclé.
images/icones/neutre.gif  ( 1158 )cas de conscience par Olivier Pichon (Monde & Vie) (2006-12-18 19:48:08) 
[en rponse 992]

Je suis trop "neuf " dans le métier pour en parler, je n'en ai pas connu. Je me suis en revanche dispensé de traiter les questions qui" fâchent" trop dans la famille, tant il me paraît que nous ne sommes pas là dans le domaine de l'information. Par tempérament je suis polémiste, mais par métier je pense que nous ne pouvons emporter la conviction que par un trés important effort de maïeutique, c'est cette méthode que j'ai utilisée tant avec mes étudiants qu'avec les différents publics que j'ai pu rencontrer,la polémique brille mais n'éclaire pas.