[ Me connecter ]
Nouveau message | Contacts | Inscription | Retour à la liste des messages
-> Messages récents
Afficher la discussion

Précision sur les termes par Dominique Morin (2006-12-11 18:35:58) Imprimer

Lionne,
Le séropositif est porteur sain du virus. Au cours du dépistage, la réaction des marqueurs à son sang s’est révélée positive, d’ou l’appelation de séropositif.
Le malade a déjà le virus depuis quelques années. Celui-ci s’est développé et peut être quantifié par une charge virale. Le développement du virus vient polluer les capacités de réaction de ses cellules face aux agressions de virus, bactéries, microbes, que nous subissons constamment. Son organisme subit alors des infections qui deviennent difficiles à soigner. Il est donc malade du sida. On ne meurt jamais du sida mais à cause d’un organisme affaibli par le sida qui permet à une autre infection de vous affaiblir ou de vous tuer.
Les risques de transmission de père à fils sont ceux de la vie commune, du sang d’une blessure du père qui entrerait en contact avec la peau de l’enfant qui serait abimée ou entamée. Il faut être prudent mais ne pas paniquer car le virus à l’air libre est très fragile. A plus de 60° l’eau suffit à le tuer, quelques minutes à l’air ou de l’alcool aussi. Il faudrait un contact immédiat et une plaie chez l’enfant, une seringue chez un père diabétique par exemple si l’enfant se piquait aussitôt après le soin et qu’elle contienne du sang. Avec son rasoir et sa brosse à dents, mis à l’abri des enfants et lavés après chaque usage, protéger et soigner immédiatement les plaies, le risque est très faible. Le malade du sida doit intégrer quelques règles élémentaires de prudence par lui-même sans pouvoir toujours compter sur les autres.
Si vous parliez de l’accouchement, le sida n’est pas héréditaire et se transmet par la mère.
Si la mère est détectée infectée avant la grossesse, des mesures sont mises en oeuvre durant la grossesse pour éviter tout contact sanguin mère/enfant, à la naissance et après la naissance par un traitement et en évitant l’allaitement. L’enfant naitra porteur des anticorps infectés de sa mère mais fabriquera son propre système de défenses immunitaires en quelques semaines et alors ces anticorps disparaitront. C’est un grand progrès médical surtout pour nous qui défendons la vie.
La peur peut rendre raisonnable mais aussi aveugler. La raison est plus utile et la prudence doit devenir une habitude. Le risque de transmission du sida, en dehors des moyens sexuels et sanguins directs est très faible et ne nécessite pas de moyens exceptionnels sinon une bonne hygiène.
Sujet délicat que de parler aux enfants du sida. Pour ma part, je ne commence qu’avec les 4èmes et avec délicatesse. Avant, je ne veux pas les choquer en abordant des sujets comme la sexualité qui nécessitent une pédagogie particulière à cet âge. Les parents devraient commencer à aborder une information progressive dès l’enfance par les moyens les plus adaptés.
Le scandale de notre génération, c’est d’avoir laissé se souiller leurs regards et leurs esprits avec des messages réducteurs et pervertis sur l’amour, de les avoir fait entrer de force dans un monde d’adultes alors qu’ils ont encore un coeur d’enfant.
Les idéologues cherchent très tôt à les prendre en main pour créer en eux des habitudes morales contraires à la loi naturelle. Il faut s’y opposer et pour cela, il faut les préparer à aimer la pureté, rôle des parents, afin d’intégrer le développement de leur sexualité et leurs désirs dans une aspiration à un amour authentique.
Ne leur parlez pas de sida qui est un échec et réduit le vrai problème mais d’amour car en croyant à l’amour, informés de leur nature sexuelle sans préjugés ni honte, ils seront plus aptes à éviter de tomber dans les pièges d’une sexualité désordonnée. Le problème de nos jours est toujours posé à l’envers.
Mettez-leur en valeur la beauté de la vie, de l’amitié et de l’amour, protégez leur regards et leurs oreilles de toute la perversion ambiante. Ne pensez pas l’amour en termes de peur mais de joie et de confiance. Si vous pouviez voir les regards des jeunes quand on leur parle de l’amour. Ils y aspirent et sont encore capables de s’émerveiller et de croire à cette grand aventure. Ce sont des adultes blessés ou pervertis qui les enferment dans leurs peurs et leur résignation.
Je vais mettre en ligne si je peux ou les adresser à ceux qui le veulent des lettres à des jeunes sur des themes sensibles comme pudeur, pureté pronographie, cannabis, amour et une réponse au préservatif.
Parlez-leur de l’amour, de leur beauté, de la joie de la vie. La mort n’est qu’un contre exemple et le sida une erreur de casting.
C’est de retrouver la foi dans l’amour qui nous sauvera du sida.
Comptez aussi sur mes prières.
Dominique

Ce message a été lisu 1376 fois
  Envoyer ce message à un ami



Le Rendez-vous débat est clos. Merci de votre participation .


La discussion

images/icones/idee.gif Problème de terme par Lionne (2006-12-09 13:46:41)
     images/icones/neutre.gif Précision sur les termes par Dominique Morin (2006-12-11 18:35:58)



4 liseurs actuellement sur le forum