[ Me connecter ]
Nouveau message | Contacts | Inscription | Retour à la liste des messages
-> Messages récents
Afficher la discussion

[réponse] par Cécile Edel (2011-01-10 18:37:01) Imprimer

Ces Marches pour la Vie constituent un véritable témoignage que ce soit pour l’opinion publique ou pour le monde politique. Nous sommes là pour montrer qu’aujourd’hui il y a encore des hommes et des femmes pour qui l’avortement n’est pas un acte banal, anodin, sans conséquences. Des hommes et des femmes qui, même 36 ans après la loi sur l’avortement, sont capables de descendre dans la rue un dimanche du mois de janvier, dans le froid, et parfois sous la pluie, pour promouvoir le respect de la Vie et pour dénoncer les lois qui portent atteinte au plus petit d’entre nous : l’enfant à naître..

Je reste intimement persuadée que toutes les actions au service de la Vie, aussi diverses peuvent elles paraître, d’une manière ou d’une autre, portent leurs fruits même si nous ne les récoltons pas immédiatement.
Nous croyons que certaines personnes peuvent être touchées et « converties » en quelque sorte par ce qu’elles voient ou ce qu’elles entendent au cours de la Marche…Ceci ne nous appartient pas et nous ne le verrons pas mais la force de témoignage est un élément que nous ne pouvons négliger.
Bien entendu, la Marche ne va pas, en un an, changer radicalement le cours des choses. Mais tout indique que manifester tous les ans, pacifiquement et en un nombre progressivement croissant, hâtera l'abolition de l'avortement - et ne pas le faire la retarderait.

Ainsi je puis vous dire que manifester en nombre est un moyen non négligable de voir le discours pro-vie réapparaître sur la scène publique et donc politique.
Des causes plus médiatiques que la cause pro-vie n'ont pas besoin de manifester : elles ont en permanence "antenne ouverte" dans les médias. Pour ceux qui défendent la Vie, il n'y a pas de raccourci : pour exister, il faut être dans la rue, et être assez nombreux pour ne plus pouvoir être ignorés. Beaucoup de nos concitoyens pensent que plus personne, ou presque, ne se bat contre l'avortement légal. Manifester en nombre est le seul moyen de briser ce consensus par défaut. Quelques dizaines de secondes au 20 heures tous les ans suffisent pour que la conscience collective réalise que des dizaines de milliers de personnes, souvent jeunes, réclament l'abolition de l'avortement. Et les effets d'une telle mobilisation dépassent largement les reportages qui lui seront consacrés : tout au long de l'année, les associations pro-vie réagissent à l'actualité en publiant des communiqués - qui seront d'autant plus cités par les médias si les pro-vie font régulièrement une "démonstration de force" dans la rue. De même, tout au long de l'année, des associations pro-vie contactent des politiques - qui les prendront d'autant plus au sérieux si elles prouvent qu'elles représentent des dizaines de milliers de personnes motivées.

Manifester contribue également à dynamiser tout le mouvement pro-vie.Nous avons pu remarquer au fil des années que manifester contribuait à étendre la densité de notre réseau associatif. Dans les cars en effet qui emmènent à Paris les sympathisants d'une ville de province, qui souvent ne se connaissaient pas entre eux, les contacts se nouent, les projets naissent. Et chacun, parisien ou provincial, revient de la Marche "regonflé à bloc".
Ce message a été lisu 490 fois
  Envoyer ce message à un ami



Le Rendez-vous débat est clos. Merci de votre participation .


La discussion

images/icones/neutre.gif Impact par Meneau (2011-01-08 18:01:42)
     images/icones/neutre.gif [réponse] par Cécile Edel (2011-01-10 18:37:01)



5 liseurs actuellement sur le forum