[ Me connecter ]
Nouveau message | Contacts | Inscription | Retour à la liste des messages
-> Messages récents
Afficher la discussion

La « vraie » réforme liturgique n’est pas celle des « excès » par Abbé Claude Barthe (2010-11-30 20:47:31) Imprimer

Cette menace menace sur le Théâtre du Nord-Ouest m'attriste.
Merci, Cher Emmanuel, de signaler ce petit livre de Samuel Martin et sa préface.
Permettez-moi, car je peine un peu à répondre à tous, de le faire en reprenant deux remarques de cette préface :
- 1°/ Pour banaliser le culte divin, à la manière de la dernière réforme liturgique, il a fallu faire violence à sa nature même : l’intrinsèque beauté du rite lui-même au sens large (textes, actions) était composé de couches culturelles successives (le latin chrétien produit par l’Antiquité chrétienne, les apologies du haut Moyen-Âge, le chant médiéval d’une élaboration inouïe que l'on redécouvre toujours mieux, le cérémonial de la Cour pontificale par exemple à l’époque de ce que l'on nomme le « gothique international ». Et cet étincellement a été constamment enchâssé dans un écrin somptueux architectural musical, ornemental, pictural, littéraire.
- 2°/ Quant à l’esthétique introuvable de la nouvelle messe : je pense vraiment que la « vraie » réforme liturgique n’est pas celle des « excès » des années 70, qui existent toujours ça et là, mais qui font hausser les épaules y compris d’une partie de leurs participants, comme de toute façon insuffisants, et à cause de cela ridicules. La « vraie » réforme liturgique était dans l’utopie de Paul VI et de ses professeurs-réformateurs, qui voulaient le cercle carré, à savoir faire sa part, au titre de l’« ouverture », à la modernité esthétique en l’introduisant dans le rite, tout en lui conservant malgré tout sa qualité de rite.
Ce qui me fait penser à la plus radicale et géniale critique de l’art contemporain, à savoir le roman d’Éric-Emmanuel Schmitt, Lorsque j’étais une œuvre d’art, où un artiste « de niveau international », autrement dit un génie de la pub, transforme un homme vivant, par une série d’opérations chirurgicales, d’infusions de prothèses, etc., en une monstrueuse « œuvre d’art ». Pour aboutir, sinon réussir, la réforme du rite vivant de Rome aurait dû être quelque chose comme cela. Mais ce ne le fut qu’à moitié, d’abord parce qu’il n’y aurait plus eu de liturgie du tout. Et ce fut le ratage esthétique complet.
Ce message a été lisu 452 fois
  Envoyer ce message à un ami



Le Rendez-vous débat est clos. Merci de votre participation .


La discussion

images/icones/neutre.gif Culte, beau, culture par Emmanuel (2010-11-30 11:01:12)
     images/icones/neutre.gif La « vraie » réforme liturgique n’est pas celle des « excès » par Abbé Claude Barthe (2010-11-30 20:47:31)



3 liseurs actuellement sur le forum