[ Me connecter ]
Nouveau message | Contacts | Inscription | Retour à la liste des messages
-> Messages récents
Afficher la discussion

[réponse] par Abbé Claude Barthe (2010-11-30 19:23:18) Imprimer

Le nombre de curés ayant utilisé le MP est, en effet, faible. Il faut cependant dire que la demande des groupes stables est, dans la majorité des cas, remontée vers l’évêque, lequel a accordé une messe conforme à celui de 1988, désignant un prêtre et une église. Au total, en France, cela donne une petite centaine de messes dominicales en plus (avant le Motu Proprio de 2007, il y avait 132 lieux de culte tridentins autorisés et 184 desservis par la Fraternité Saint-Pie-X et ses communautés satellites). Ce n'est donc pas si mal.
Par ailleurs, il faut considérer l’effet à venir du MP : de nombreux prêtres diocésains ont appris ou apprennent à dire la messe traditionnelle. Et c’est bien pour la célébrer un jour.
De la part des séminaristes, la réception est excellente : dans certains séminaires diocésains, le nombre des séminaristes qui se disposent à célébrer les deux formes atteint 20% au moins. Une indication chiffrée : au Séminaire français de Rome, l’an passé, sur 35 séminaristes proprement dits, 9 ont demandé au supérieur, le P. Bataille, qui a refusé, la célébration d’une messe traditionnelle une fois par semaine. Lorsque l’on connaît le climat qui peut régner dans certains séminaires, ces 9 qui ont osé représentent énormément.
En revanche, la messe extraordinaire n'a pas encore pénétrée dans les murs mêmes des séminaires diocésains.
Ce message a été lisu 666 fois
  Envoyer ce message à un ami



Le Rendez-vous débat est clos. Merci de votre participation .


La discussion

images/icones/hein.gif Clergé diocésain et Motu Proprio par NB (2010-11-29 11:27:00)
     images/icones/neutre.gif [réponse] par Abbé Claude Barthe (2010-11-30 19:23:18)



5 liseurs actuellement sur le forum