[ Me connecter ]
Nouveau message | Contacts | Inscription | Retour à la liste des messages
-> Messages récents
Afficher la discussion

Catholique et libéral par Guillaume de Thieulloy (2010-01-11 20:47:03) Imprimer

Le vrai problème, me semble-t-il, est de définir le libéralisme.
Si on l'entend au sens du libéralisme philosophique (et, plus encore, théologique), c'est-à-dire au sens d'une suspicion sur la possibilité même d'une vérité, il est clair qu'on ne peut pas être catholique et libéral.
Au sens du libéralisme politique, je serai moins catégorique. J'observe seulement que l'immense majorité des libéraux politiques, en France en tout cas, ont été fort hostiles au catholicisme (plus exactement, ils ont estimé que le catholicisme, c'était bon pour les pauvres qui, grâce à lui, apprenaient à supporter leur condition): qu'il suffise de penser à la monarchie de Juillet.
Bref, il est peut-être possible à un catholique d'être libéral en politique, mais, comme disait Gabin, à propos des députés honnêtes et des poissons volants, ce n'est pas la loi du genre! Et, en tout cas, ce n'est pas ma tradition politique.
Au sens du libéralisme économique, je serai encore moins catégorique. Si on entend par libéralisme économique, l'absence totale de règle pour l'établissement des relations d'échange entre les hommes, il me semble impossible d'être catholique et de soutenir cela. Si on entend par là l'anti-socialisme, il me semble impossible de ne pas l'être. Entre ces deux thèses extrêmes, il existe tout un éventail de solutions envisageables qu'il faudrait étudier au cas par cas.

Pour ne pas me dérober derrière des galéjades, j'ajoute que, personnellement, je suis favorable à des libertés économiques très étendues (y compris jusqu'à la possibilité de gérer les litiges devant des tribunaux privés, dans le cadre de médiations, analogues à ce qui se pratiquait au Moyen Âge; jusqu'à la possibilité pour chaque profession de "légiférer" pour son propre compte; et jusqu'à la possibilité pour chaque profession de sanctionner par une sorte de "pouvoir exécutif" les manquements à sa "législation"). Il me semble que ces libertés très étendues sont une conséquence du principe de subsidiarité.

En matière politique, les libertés locales les plus vastes (et même pourquoi pas? des communes auto-gérées, si j'ose dire: cela aussi s'est pratiqué au Moyen Âge), mais avec une autorité forte ("autorité en haut, libertés en bas" comme disait le vieux Maurras, en cela parfaitement traditionnel).
Ce message a été lisu 752 fois
  Envoyer ce message à un ami



Le Rendez-vous débat est clos. Merci de votre participation .


La discussion

images/icones/hein.gif Peut-on être catholique et libéral ? par vistemboir2 (2010-01-11 19:12:04)
     images/icones/neutre.gif Catholique et libéral par Guillaume de Thieulloy (2010-01-11 20:47:03)



6 liseurs actuellement sur le forum