[ Me connecter ]
Nouveau message | Contacts | Inscription | Retour à la liste des messages
-> Messages récents
Afficher la discussion

[réponse] par Révérend Père Louis-Marie de Blignières (2009-11-27 19:09:28) Imprimer

Estimez-vous nécessaire une amélioration du missel paulinien, à l'instar de ce qui a été suggéré par le Cardinal RATZINGER, il y a quelques années ? Si oui, dans quel sens (offertoire traditionnel, renforcement du latin, etc.) ? Je parle du texte en lui-même, mais aussi des applications pratiques. Pensez-vous que le vernaculaire sera entièrement maintenu ? Peut-on le considérer comme un acquis, même dans l'hypothèse de célébrations "redressées" ?

Réponse. Il me semble en effet que le Novus Ordo Missæ de Paul VI (dans son texte même, et plus encore dans ses applications) soulèvent des problèmes liturgiques important, à tel point que l’on peut (et doit, à mon humble avis) souhaiter qu’il y soit remédié. Il me semble que la présence d’un véritable offertoire sacrificiel (si on est pressé, on pourrait adopter l’offertoire dominicain, qui est très court et bien complet, comme le suggérait Père de la CDF à Mgr Bugnini… rencontré dans un train ; mais Hannibal répondit que c’était trop sacrificiel) ; la proscription de la communion avec la main ; l’orientation de la célébration au moins durant le canon ; et le latin pour la canon ou au moins pour sa partie centrale (comme les maronites qui disent en syriaque cette partie dans leur liturgie qui est en arabe)… serait de nature à lever les ambiguïtés.
Pour les applications un problème majeur est celui des traductions, même de la forme de la consécration du vin, et en tous cas de l’Orate fratres, du Pater du Credo. N’oublions pas que des non-« tradis » comme Maritain et Gilson, par exemple, étaient horrifiés de ces traductions et que Maritain considérait le « de même nature » comme proche de l’hérésie.
Il me semble en tous cas qu’il doit être entendu que la « réforme de la réforme » – cette expression me parait discutable et valable seulement ad hominem, car elle appelle « une réforme de la réforme de la réforme », etc – doit concerner le NOM et non le rit tridentin. Celui-ci (évidemment on peut ajouter des saints et des préfaces, mais ce n’est guère une réforme) doit clairement rester une référence accessible à tout prêtre et à tout fidèle. Sans quoi on va légitimement mécontenter tout le monde ; les deux expressions rituelles sont trop éloignées pour trouver une tierce formule à mi chemin… On ferait alors comme une troisième messe… analogue au troisième Pape du Grand Schisme.
Je me méfie d’ailleurs des pronostics de théologie-fiction, chacun indiquant ce qui lui paraîtrait acceptable ou non. En fait, il y dans la réalité de l’Eglise deux rites (ou deux formes) qui existent et sont appréciées et vécues fructueusement par des centaines de milliers de fidèles. Le retour à un unique rite latin (une unique forme rituelle) à brève ou moyen échéance me parait une chimère, dangereuse dans la mesure où on l’imposerait en outre autoritairement. Faisant partie de la génération qui a été persécutée de 1969 à 1988 pour son attachement au rit dit tridentin, je souhaite –ce n’est pas pour autant du libéralisme ! – que l’on ne fasse pas subir de pressions liturgiques « pour la bonne cause » à d’autres catholiques, qui se nourrissent du NOM, même si j’espère des aménagements qui lèveraient les principales difficultés. Je crois ne pas être le seul dans mon cas. En liturgie, les évolutions sont lentes et s’appuie souvent sur des options libres (on ne supprime pas l’ancienne forme). C’est le résultat de sainteté qui confirme ou infirme le bienfait du changement introduit.
Pour le vernaculaire, je ne pense pas qu’il puisse maintenant disparaître. Est-ce un « acquis » ? Je n’en sait rien. Je remarque qu’au moment du Concile des Prélats missionnaires comme Mgr Lefebvre estimaient que, en certains cas, une large place faite au vernaculaire (presque tout sauf le canon) serait acceptable. Personnellement, je suis beaucoup plus à l’aise spirituellement et aidé liturgiquement par l’immutabilité, la sûreté doctrinale, et la poésie concise du latin liturgique (et par le grec somptueux du rit byzantin).
Ce message a été lisu 612 fois
  Envoyer ce message à un ami



Le Rendez-vous débat est clos. Merci de votre participation .


La discussion

images/icones/bible.gif Souhaitez-vous une réforme de la réforme ? par Athanase (2009-11-24 16:08:48)
     images/icones/bible.gif [réponse] par Révérend Père Louis-Marie de Blignières (2009-11-27 19:09:28)



9 liseurs actuellement sur le forum