[ Me connecter ]
Nouveau message | Contacts | Inscription | Retour à la liste des messages
-> Messages récents
Afficher la discussion

[réponse] par Gabriel Dubois (2009-01-20 18:30:47) Imprimer

Avant de répondre, il me semble nécessaire de nous entendre sur les termes.

C'est-à-dire :

La nation, et l’idée, ensuite de nationalité ou d’espace national, ou d’appartenance nationale, sont liées à l’idée de peuple, exclusivement. Peuple au sens d’un ensemble social, culturel, politique, ayant une conscience, même confuse, de lui-même. Au sein de ce peuple peuvent vivre des sous-composants régionaux qui seront autant de micro-nations étant les parties du tout national.

La patrie, elle, étant la terre, autrement dit, l’ensemble territorial, parfois concordant parfaitement avec l’Etat.

Partant de là, peut-on dire que la royauté capétienne fut toujours une royauté nationale, au sens qu’elle aurait toujours régné sur une seule et unique nation ?

Déjà, Grégoire de Tours, au VIe siècle, dans son Historiae Francorum, parle des Francs comme d’une nation, et parle bien du royaume des Francs pour définir l’ensemble du royaume Mérovingien. C'est-à-dire que lui-même, pourtant de souche gallo-romaine, conscient d’ailleurs de ses racines, se considère comme Franc.

Ainsi, sans pour autant oublier son appartenance régionale, il y a, dans les écrits, une conscience confuse d’appartenir à un ensemble national plus important, le royaume des Francs, qui deviendra plus tard, pour schématiser à l’excès, la France.

Aussi, ces mutations vers la prise de conscience de l’existence d’un espace national français étant largement réalisées à l’avènement d’Hugues Capet, on peut dire que la royauté capétienne fut toujours une royauté nationale, à la différence de la royauté habsbourgeoise, qui fut pluri nationale.

Ensuite, il est vrai que selon la façon dont l’on conçoit la nation et le degré de prise de conscience par les peuples d’une appartenance nationale pour décréter qu’une nation existe bien, on peut toujours nuancer ce propos.

Ainsi, si dès Hugues Capet il y a la conscience confuse de faire partie d’un même royaume, si les habitants de ce royaume sont appelés Francs, en dépit de leurs différences régionales, peut-on dire que chacun ait une pleine conscience de ce que cela recouvre, et tire les conséquences de cette appartenance nationale ? Ce n’est pas sûr.

C’est pourquoi un historien comme Georges Duby voyait dans la bataille de Bouvines l’acte de naissance symbolique de la nation française. En effet, regroupant des Français de tous horizons et de toutes conditions, cette bataille, fut le premier véritable moment d’union nationale face à une menace extérieure.

Si l’idée de nation est ensuite attachée à une unité linguistique, on ne peut pas dire que la nation française soit née avec l’édit de Villers-Côteret, sous François Ier. Mais dans cette conception de la nation, on se rapproche déjà d’un idéal jacobin que les rois de France n’ont jamais connu.

C’est pourquoi, personnellement, afin de conserver une idée de la nation comme s’en faisait les contemporains de nos rois, je préfère rester plus souple, et admettre que l’idée de nation française s’est fait jour, plus ou moins confusément, avant même l’avènement capétien, quitte à rester modéré dans la définition de ce qu’est une nation.
Ce message a été lisu 389 fois
  Envoyer ce message à un ami



Le Rendez-vous débat est clos. Merci de votre participation .


La discussion

images/icones/hein.gif Monarchie nationale par Conomore (2009-01-19 10:43:40)
     images/icones/hein.gif le concept de nation par A Nodin (2009-01-19 11:00:23)
         images/icones/neutre.gif réponse à l'idée de nation par Gabriel Dubois (2009-01-20 18:32:22)
     images/icones/neutre.gif [réponse] par Gabriel Dubois (2009-01-20 18:30:47)



1 liseur actuellement sur le forum