[ Me connecter ]
Nouveau message | Contacts | Inscription | Retour à la liste des messages
-> Messages récents
Afficher la discussion

[réponse] par Abbé Régis Spinoza (2009-01-05 19:32:34) Imprimer

Chère Yvonne, Cher Tolkien,

En effet, de nombreuses écoles indépendantes se sont crées pour :
- Pallier aux insuffisances dans l’instruction telle que les écoles la propose.
- Permettre aux familles catholiques d’assurer une continuité éducative de la maison à l’école. Il s’agit :
o D’assurer une instruction religieuse sérieuse.
o Défendre des valeurs éducatives chrétiennes.

Par conséquent, il ne s’agit pas, pour école de substituer aux parents mais plutôt d’assurer la continuité quand on sait qu’un enfant passe six heures par jour à l’école. Mais quand on sait que les écoles sous contrats catholique, pour la plupart (pas toutes), font la promotion du libertinage, il convient de protéger, dans la mesure du possible, ses enfants tout en assurant une formation adéquate aux questions déontologiques en famille et, si possible, à l’école (je pense surtout aux cours de sciences au collège et au lycée). Je crois que les écoles vraiment libres au sens noble du terme sont devenues indispensables. Reste qu’il faut les soutenir surtout pour les collèges et lycées afin de leur permettre de développer, à la suite de l’ULFM une formation solide du corps professoral.

Les pensions : meilleure solution ?
Elles sont nécessaires.
Pour qu’une école puisse arriver à survivre financièrement, il faut un certain nombre d’élèves. Or, certaines familles, souvent pour des raisons professionnelles, sont géographiquement isolées. Les internats permettent donc d’assurer cette continuité éducative. Développer des collèges par exemple, dans une ville, même importante est difficile sauf, par exemple, à Versailles où le recrutement local est plus facile.
Elles ne sont pas faites pour tous les enfants.
Il y a des garçons ou des filles qui sont demandeurs. Soit parce que l’ambiance du collège ou lycée « lambda » dans lequel ils sont est difficile soit parce qu’ils ont besoin de prendre un peu le large par rapport à leurs parents. Il y a cependant des enfants qui ne peuvent supporter de vivre loin de la famille. De toute façon, aussi excellent que puisse être un internat, l’influence première des parents sera déterminante. Je précise que si les premiers éducateurs sont les parents, il y a des acteurs extérieurs (prêtres-éducateurs par exemple) qui seront des alliés à condition que ceux-ci ne prétendent se substituer aux parents !


Ainsi, les parents SONT les premiers éducateurs mais ont besoin d’être secondés pour répondre aux difficultés liées à l’adolescence qui tient pour l’essentiel à l’apprentissage à l’autonomie au sein d’un monde indifférent ou hostile à la chrétienté.
Ce message a été lisu 608 fois
  Envoyer ce message à un ami



Le Rendez-vous débat est clos. Merci de votre participation .


La discussion

images/icones/hein.gif Pension et Tradition par Yvonne (2009-01-04 15:48:28)
     images/icones/1b.gif [réponse] par Abbé Régis Spinoza (2009-01-05 19:32:34)



4 liseurs actuellement sur le forum