[ Me connecter ]
Nouveau message | Contacts | Inscription | Retour à la liste des messages
-> Messages récents
Afficher la discussion

[réponse] par Luc Perrin (2006-11-20 20:17:52) Imprimer

aïe pour bien répondre il faudrait rédiger des pages ! je vais essayer de le faire de façon plus concise.
1) on peut être "critique" du NOM et le "pratiquer" comme prêtre ou y participer comme fidèle. Je vous rappelle que les liturgistes ont abondamment critiqué le "VOM" avant le Concile. Leurs livres sont dans nos bibliothèques, il y en a des rayons et des rayons ! Ce qui était vrai avant 1962 doit pouvoir l'être après, non ?
Les intervenants du CIEL avaient, je crois, tous un grand respect du missel de Jean XXIII.

Y-a-t-il non une chasse aux sorcières mais d'odieuses pressions, puissantes, insistantes, sur les prêtres - surtout jeunes - qui sont tentés de se former à célébrer le rit romain traditionnel ? évidemment oui. Sinon pourquoi un motu proprio pour libérer ces jeunes consciences sacerdotales, je ne dis pas presbytérales, bien plus représentatives du jeune clergé français que les 30 signataires plutôt isolés en fait ?
Cette pression joue certainement un rôle dans la crise grave que connaît le recutement des séminaires français.

2) noubliez jamais que l'Église ne vit pas sur ... Mars. Elle a été donnée à ce monde, à notre humanité.
- rappelez-vous du contexte des Sixties "l'optimisme", le triomphe du "consumérisme", revoyez les films si pertinents de Jacques Tati. Le Concile a été, bien à tort, reçu comme une injonction d'épouser le "monde moderne", à savoir ses "valeurs".
- c'est aussi le moment où l'on croit encore possible le triomphe du Prolétariat (le Che, Régis Debray posait en Che français et les bulletins paroissiaux cathos l'adulaient, la guerre du Vietnam avait un "héros" l'Oncle Ho etc.
La révolution de 1968, c'en est une, commence dans les campus californiens autour de 1962.
Cela est le "moteur" n°1 qui a tout déréglé : quand l'Eglise a cru pouvoir relâcher la garde, desserrer les carcans, tout ce mouvement libertarien s'est engouffré.
L'épreuve pouvait-elle être évitée ? j'en doute. Mgr Lefebvre encore supérieur génaral des spiritains a essayé d'endiguer la décapilotade de la province de Hollande, sans aucun succès.
Paul VI est à peu près dans la même position.
- d'autant qu'il y eut des "profiteurs" si j'ose. Depuis de nombreuses années, un réseau d'experts s'était constitué franco-allemand-belgo-italiens. Eux avaient un plan bien arrêté : tous ce que Vatican II n'avait pas accepté, Mgr Bugnini et ses collègues - en majorité - étaient décidés à l'imposer par le biais du Consilium.
Bien relayés par leurs épigones auprès des conférences épiscopales, un Mgr MacManus aux USA a fait des ravages, ils ont pu manoeuvrer le malheureux pape en l'intoxiquant de tous côtés : 1) au nom de leur science - pourtant depuis révisée - d'abord 2) au nom des conférences épiscopales pour donner à penser au pape que le monde entier voulait en finir avec le VOM.
Là est le mystère d'iniquité : la manoeuvre a largement réussi. Il ya des périodes sombres dans l'histoire de l'Eglise après tout. Paul VI s'est laissé convaincre tout en tentant de freiner mais trop tard : quand il renvoie enfin Bugnini fin 1974, le mal est fait, le pape préfère la fuite en avant plutôt que de se déjuger et accroître encore l'affaiblissement de l'autorité pontificale. Paul VI a dû aussi céder à cette idée fausse qu'après tout la liturgie permettrait de sauver l'essentiel : en "calmant" les soixantehuitard(e)s cathos avec des happening "liturgiques" à coup de citrouille (Canada), de guitare, dépouillement radical etc., il pourrait maintenir l'enseignement moral (Humanae vitae) et tenir sur l'ecclésiologie hiérarchique.
Il essaie presque pathétiquement de corriger le pire en prescrivant un recueil minimal de chants grégorien (1974) mais rien n'y fait.
- à cela il faut ajouter que les vrais inspirateurs des Pères à Vatican II (les experts pacelliens) sont morts (P. Loew en 1962) ou sont marginalisés (Louis Bouyer, Ferd. Antonelli).

3) la valeur de la bulle Quo primum se discute. sa clause finale se trouve dans tous les textes pontificaux et ne lient pas les papes qui viennent après. Benoît XVI peut réformer en profondeur l'actuel missel par exemple.
En revanche, J Ratzinger a déclaré, plus justement je pense, qu'un pape ne peut abroger simplement un rit vivant légitime : contrairement à l'affirmation monstrueuse de Mgr Hofman, ce ne sont pas les évêques qui font la Tradition. Là encore Benoît XVI a dit que le pape n'est pas un monarque absolu lors de son homélie à St-Jean de Latran 2005.
D'ailleurs Paul VI avait bien conscience du problème puisqu'il n'a pas supprimé formellement le missel de 1962 : il en permet l'usage aux prêtres âgés sine populo, usage élargi par "l'indult" de 1971 déjà.

Un prêtre d'un diocèse italien avait décidé par lui-même avec l'accord de ses paroissiens de revenir à ce missel et il n'a pas été condamné malgré la presion de son évêque (il fut soutenu notamment par le cardinal Ratzinger).
Il est dommage que dans le monde trop peu de prêtres n'aient pas eu ce courage.
J'ajoute que Mgr de castro Mayer a administré "la preuve de Campos" (J Madiran)entre 1969 et 1981 puisque le VOM y est resté seul en usage et jamais Paul VI ni Jean-Paul Ier ni Jean-Paul II n'ont sanctionné l'évêque pour cela.
4) attention ne mélangeons pas tout. Les rits orientaux (ex le maronite) n'étaient pas directement affectés par SC mais de fait, ils ont tous subi plus ou moins une novusordoisation. Avec des résistances : le cas le plus fort étant pour les syro-malabars qui sont éclatés entre 3 missels désormais (Mgr Hofman ne doit pas connaître l'Orient).
Pour les rits latins, le Lyonnais a hélas été remplacé en effet par le NOM (une poignée de prêtres dont un ancien de Strasbourg l'abbé Chirat ont continué cepandant la tradition authentique de Lyon) ; le mozarabe, l'ambrosien ont subi en effet la novusordoisation. En revanche, il existe des messes en rits tradis pour ces 2 rits, sûr pour l'Ambrosien. Les dominicains ont choisi de renoncer à leur rit propre en 1965 mais la FSVF maintient la tradition liturgique dominicaine (dans la communion) et des Pères s'y intéressent de plus en plus.
Ce message a été lisu 1432 fois
  Envoyer ce message à un ami



Le Rendez-vous débat est clos. Merci de votre participation .


La discussion

images/icones/hein.gif 4 questions par Semper parati (2006-11-20 09:36:50)
     images/icones/neutre.gif [réponse] par Luc Perrin (2006-11-20 20:17:52)
         images/icones/bravo.gif merci par Semper parati (2006-11-20 20:50:24)
         images/icones/neutre.gif [réponse] par Luc Perrin (2006-11-21 14:15:13)



6 liseurs actuellement sur le forum