[ Me connecter ]
Nouveau message | Contacts | Inscription | Retour à la liste des messages
-> Messages récents
Afficher la discussion

[réponse] par Michel De Jaeghere (2008-12-09 21:02:40) Imprimer

Cher Monsieur
J'ai consacré un livre à l'évolution anti chrétienne de la société contemporaine et au totalitarisme feutré auquel vous faites allusion (Enquête sur la Christianophobie, Renaissance catholique). J'y défend l'idée d'un antagonisme radical entre le christianisme et les principes directeurs de la société moderne. Les manifestations d'hostilité dont il fait l'objet ne me paraissent pas relever du malentendu ou du "dérapage", mais témoigner d'une incompatibilité qui ne peut manquer, à mes yeux, de déboucher ici ou là sur une forme de persécution. Celle ci ne sera sans doute pas sanglante, comme ce qu'on pu vivre les premiers chrétiens sous l'empire romain. Il me semble que cela sera la "petite voix " de la persécution, pour reprendre l'expression de Sainte Thérèse, qu'elle sera faite de pressions morales, de ménages disloqués, de parents privés de leurs enfants, de vexations professionelles, de poursuites judiciaires, de chasses à l'homme médiatiques sur le modèle de ce qu'on pu subir, à des degrés divers, des hommes tels que le Docteur Dor, l'abbé Cottard, le commissaire européen Rocco Buttiglione, ou le cinéaste Mel Gibson. Les instruments pourront en être les lois sur le délit d'entrave à l'avortement, les législations anti sectes, les lois contre la discrimination, etc

Je crois comme vous que nous assistons à l'émergence d'une nouvelle génération de prêtres, plus assurés de leur foi, plus soucieux de l'illustrer et de la défendre contre un monde dont ils ne peuvent pas ne pas voir l'hostilité latente. Je doute cependant qu'ils s'engagent sur le terrain politique, comme on peut le voir en Italie ou en Espagne. La laïcité a chez nous, fait son oeuvre, et il me semble que ces prêtres ont été formés dans une conception rigoureuse de la distinction du temporel et du spirituel. La vraie question est de savoir si les nouveaux évêques vont se réconcilier et se concerter avec ceux qui pourraient être le fer de lance d'un laïcat chrétien engagé dans les combats du temporel. Leurs prédécesseurs ont tenu à distance tous ceux qui auraient pu jouer un rôle, mener une action pour la défense de la société chrétienne, parce qu'ils les suspectaient de connivence avec le maurrassisme, le traditionalisme, l'extrême droite: à leurs yeux, le mal absolu. Ils ont joué la gauche chrétienne, qui a disparu corps et bien.
Comme me le confiait un Monsignore parisien il y a quelques mois: "Depuis la disparition des Jacques Delors et des Roger Fauroux, nous n'avons plus d'interlocuteurs". A qui la faute? Jean-Jacques Aillagon était invité par Mgr Vingt-trois à venir écouter le pape au collège des Bernardins. Jacques Tremolet de Villers ou Jean Madiran ne l'étaient pas: il me semble que cela en dit long sur les priorités du cardinal archevêque. Cela peut cependant changer avec les nouveaux évêques. S'ils n'ont pas peur de s'appuyer sur le monde traditionnel ou contre-révolutionnaire, il me semble qu'ils trouveront facilement les élites qui ont fait défaut à leurs prédécesseurs.M De J.
Ce message a été lisu 573 fois
  Envoyer ce message à un ami



Le Rendez-vous débat est clos. Merci de votre participation .


La discussion

images/icones/1a.gif Cher Monsieur par Scribe (2008-12-09 20:35:58)
     images/icones/neutre.gif [réponse] par Michel De Jaeghere (2008-12-09 21:02:40)
         images/icones/fleur.gif Merci de votre réponse par Scribe (2008-12-09 21:06:23)



5 liseurs actuellement sur le forum