[ Me connecter ]
Nouveau message | Contacts | Inscription | Retour à la liste des messages
-> Messages récents
Afficher la discussion

Doctrine de Bellarmin sur le pape hérétique par John DALY (2008-02-07 18:33:49) Imprimer

Monsieur l’abbé,

Le livre, surtout le livre érudit, étant un véhicule de pensée peu éphémère, je ne crois pas avoir à m’excuser d’attirer votre attention vers un propos contenu dans un livre que vous avez rédigé en 1985. Je n’ignore pas que vos idées quant à l’application actuelle des idées de ce livre aient beaucoup évolué depuis, mais ma question porte sur la théorie et non sur son application.

Il se trouve que je suis en train de préparer une traduction annotée de saint Robert Bellarmin de Romano Pontifice (ou du moins d’une partie de cet ouvrage). J’ai cru nécessaire dans une note au livre II, chapitre xxx, de vous prendre à partie sur le sens de la doctrine de Bellarmin sur la thèse « papa hæreticus est depositus ». Ce rendez-vous du Forum Catholique me fournit l’occasion de vous citer in extenso ma note et de vous inviter à vous défendre si vous souhaitez encore soutenir votre propos de 1985. Je vous prie de comprendre qu’il s’agit d’un brouillon – un nouvel apport de votre part avant la mise au point de mon texte serait bienvenu. Vous comprendrez aisément que je n’aurais pas cru nécessaire de composer cette note si je n’avais pas un grand respect pour votre science.

Je rappelle, avant d’insérer mon texte, que la question n’est pas de savoir si saint Robert Bellarmin a raison, mais seulement de savoir quelle est sa doctrine sur cette question.


Saint Paul donne à saint Tite l’ordre « Évite un homme hérétique après une première et une seconde admonition, sachant qu’un tel homme est perverti, et qu’il pèche, puisqu’il est condamné par son propre jugement. » Cornelius a Lapide explique que « l’Apôtre ne parle pas d’un hérétique pertinace et formé, mais de celui qui erre par ignorance et par mauvaise instruction…ou concernant lequel il est douteux s’il est pertinace ou non. » Il est clair que saint Robert est du même avis : il entend que le devoir d’éviter les hérétiques s’étend à tout hérétique manifeste et que les admonitions ne sont nécessaires que dans la mesure où la pertinacité n’est pas encore suffisamment manifeste. Le docte abbé Bernard Lucien étonne ses lecteurs en renversant entièrement le sens de ce texte de saint Robert (Situation actuelle de l’autorité dans l’Église, p. 69, 70). Car le saint Docteur interprète le texte de saint Paul en sorte que « après deux corrections » soit équivalent à « après qu’il s’avère manifestement pertinace ». Mais l’abbé Lucien croit comprendre, au contraire, que le sens de « manifestement pertinace » pour Bellarmin implique toujours et nécessairement qu’il y ait eu deux admonitions canoniques. Ceci est inadmissible pour les raisons suivantes : (i) c’est le contraire de ce que dit explicitement le saint, qui affirme que par « après deux corrections » saint Paul entend « après qu’il s’avère manifestement pertinace » et « avant toute excommunication ou sentence de juge », car Bellarmin entend le texte Paulin comme exigeant que l’hérésie soit « manifeste » et non pas le mot « manifeste » comme ayant besoin d’être ré-interprété d’après le texte de l’Apôtre ; (ii) qu’aucun hérétique ne soit manifestement tel avant d’avoir reçu deux admonitions canoniques n’est pas le sens traditionnellement attribué à ce texte de saint Paul et ne correspond pas à la pratique de l’Église (voir, par exemple, le Cardinal de Lugo, Disputationes Scholasticae et Morales, XX, « de Virtute fidei divinae », Sectio vi, n. 174 et seq.) ; (iii) Saint Robert invoque ce texte de saint Paul pour réfuter la quatrième opinion sur le pape hérétique – celle qui exigerait que le pape hérétique soit privé de son office par acte de l’Église. Mais compris comme imposant de façon absolue des admonitions canoniques, le texte aurait l’effet exactement contraire ; (iv) cela s’oppose à la simple logique : rien ne garantit qu’il soit manifeste devant l’Église que les admonitions aient été correctement données, se soient avérées infructueuses et qu’en conséquence le suspect ne peut être que coupable ; (v) pour confirmer sa doctrine que les hérétiques manifestes perdent ipso facto leurs offices, saint Robert avance des exemples historiques, dont par exemple celui de Nestorius, qui sont censés avoir perdu leur autorité pour cause d’hérésie manifeste sans jamais avoir reçu d’admonition ; ce serait une absurdité s’il avait cru que ces admonitions sont toujours nécessaires ; (vi) dans sa discussion du cas de saint Marcellin qui a sacrifié aux faux dieux par crainte des peines dont il fut menacé (De Romano Pontifice, lib. IV, cap. viii) saint Robert n’hésite pas à admettre que seule l’évidence que son acte ne reflétait pas sa réelle croyance a pu sauver Marcellin de la perte automatique du pontificat – il n’y eut pourtant aucune admonition ; (vii) si pour saint Robert l’intervention de l’Église n’était pas nécessaire pour priver le pape hérétique de son office, mais était bel et bien nécessaire au préalable pour que son caractère d’hérétique devienne manifeste, ceci constituerait de toute évidence une sixième opinion, n’étant pas identique à celle des auteurs qui tiennent qu’aucune intervention n’est nécessaire du tout. Pourtant saint Robert se range du côté des auteurs qu’il cite et ne voit que cinq opinions possibles. Il n’évoque nulle part la prétendue impossibilité de constater la pertinacité, qui trouble l’abbé Lucien et les membres de son école. La simple honnêteté exige de reconnaître que l’abbé Lucien et Bellarmin ne sont pas du tout sur la même longueur d’ondes. Dans l’Introduction, chapitre §§§ nous avons essayé de voir comment Bellarmin aurait réagi aux objections de l’abbé Lucien. Pour l’instant nous avons voulu seulement réfuter l’audacieuse prétention de ce dernier qui refuse de voir le gouffre que tout autre lecteur a pu constater entre les sentiments de Bellarmin et les sentiments de l’école qui croit impossible de constater l’hérésie manifestement pertinace sans l’intervention d’une autorité à cet effet.



© John Daly 2008

Ce message a été lisu 1222 fois
  Envoyer ce message à un ami



Le Rendez-vous débat est clos. Merci de votre participation .


La discussion

images/icones/livre.gif Doctrine de Bellarmin sur le pape hérétique par John DALY (2008-02-07 18:33:49)
     images/icones/fleche2.gif [réponse] par abbé Bernard Lucien (2008-02-07 20:59:45)
     images/icones/carnet.gif Réponse par abbé Bernard Lucien (2008-02-28 21:22:18)



1 liseur actuellement sur le forum