[ Me connecter ]
Nouveau message | Contacts | Inscription | Retour à la liste des messages
-> Messages récents
Afficher la discussion

[réponse] par Abbé Christophe Héry (2006-07-10 21:02:05) Imprimer

Chère Florilège,

Vous avez le chic des questions impossibles qui touchent au cœur du mystère.

Le temps liturgique n'est pas le même que le temps réel historique. Ces prières d'offertoire dans le rite slavon ou dans le rite syriaque, également dans le rite dominicain, sont placées au début de la messe, d'autres à la fin. Dans le rite latin, ces prières anticipent sans complexe sur ce que signifient et ce que vont devenir ces offrandes : le Christ, agneau sans tache sur le point d'être immolé - de façon non sanglante.

Cette "synchronie" des rites manifeste que la liturgie dans ses diverses parties ne représente pas un déroulement chronologique mais un ordre divin, une ordination de toutes choses à Dieu par l'humanité de Jésus-Christ s'immolant, ressuscitant et montant aux cieux.

Ceci rejoint d'ailleurs votre première question sur le rapport entre sacrifice et sacrement. Le déroulement du rite dans le temps terrestre est de l'ordre du signe, et du signe qui opère ce qu'il signifie (c'est la définition du sacrement). Mais les mystères signifiés, eux sont "au-dessus des temps" et des lieux, comme dit Saint Thomas. Lui-même emploie les expression Jésus souffrant, Jésus mourant, le Christ ressuscitant, montant au ciel et siégeant à la droite du Père.

Ces participes présents indiquent que les faits et gestes de la vie du Christ, que nous méditons dans le chapelet et qui sont rendus effectifs par les paroles sacrementelles à l'autel, subsistent éternellement dans la personne du Verbe fait chair.

L'humanité du Christ est conjointe à sa divinité, explique Saint Thomas, de sorte que ses paroles, faits et gestes ont une existence intemporelle. Ce qui fait que le Christ agit jusqu'à la fin des temps sur les êmes humaines par ces "mystères".

C'est pourquoi le sacrifice, quoique passé historiquement, demeure, et reste "actualisable" "en tout lieu et en tout temps", comme le dit encore St Thomas. L'épitre aux Hébreux donne cet éclairage magnifique à la Messe, vue du ciel, depuis le sacerdoce éternel de Jésus souverain prêtre (voir la messe votive du jeudi dans le Missel).
Ce message a été lisu 772 fois
  Envoyer ce message à un ami



Le Rendez-vous débat est clos. Merci de votre participation .


La discussion

images/icones/1a.gif Offertoire par Florilège (2006-07-10 20:03:09)
     images/icones/neutre.gif [réponse] par Abbé Christophe Héry (2006-07-10 21:02:05)



2 liseurs actuellement sur le forum