[ Me connecter ]
Nouveau message | Contacts | Inscription | Retour à la liste des messages
-> Messages récents
Afficher la discussion

Votre pseudo cache une question très sérieuse ! par Archiduc Imre d Autriche (2019-12-09 18:36:15) Imprimer

Bonjour Monsieur,

Merci de l’avoir posée car vous soulevez une interrogation essentielle : qu’est-ce que le travail ?

Ma conviction s’appuie sur la doctrine sociale de l’Eglise. Le travail est finalisé par le repos du jour du Seigneur, ou, comme le dit le Compendium de la Doctrine Sociale de l’Eglise (DES) : « Le sommet de l'enseignement biblique sur le travail est le commandement du repos sabbatique. » On pourrait dire qu’on travaille pour se reposer… sauf qu’il est écrit aussi : « Le travail représente une dimension fondamentale de l'existence humaine comme participation à l'œuvre non seulement de la création, mais aussi de la rédemption. »

Je vois là une conclusion limpide à l’Evangile de Marthe et Marie. L’action de Marthe est indispensable et celle de Marie primordiale.

J’ai en outre la conviction que le travail, parce qu’il a un caractère personnel, est toujours supérieur à tout autre facteur de production, je pense ici au capital, même si travail et capital sont appelés à être complémentaires. Il ne peut y avoir de travail sans capital et inversement. Concrètement, la DSE nous enseigne que « le rapport entre travail et capital trouve aussi une expression à travers la participation des travailleurs à la propriété, à sa gestion, à ses fruits. » Dans mon engagement professionnel au sein d’Aliter Invest (www.aliter-invest.com) et Multiplus (www.multiplus.ch), c’est une approche qui nous tient à cœur, mon père (fondateur de Multiplus) et moi-même.

La question centrale qui sous-tend toute réflexion sur la moralisation de la finance est celle du statut de l’argent. « L’argent est un bon serviteur et un mauvais maître » dit le proverbe, car il n’est pas une fin en soi. Quand le profit est présenté comme la finalité exclusive de l’entreprise financière, les sujets les plus avides en prennent le contrôle stratégique, souvent au détriment de toute éthique, et visent d’abord l’intérêt exclusif des actionnaires, oubliant la santé économique de l’entreprise. Le profit ne peut être séparé des hommes qui la composent. Sans cela, c’est la valeur du travail qui est remise en cause. A l’inverse, sous-estimer le bien-fondé de la finance serait faire preuve d’un manque de réalisme qui pourrait-être lourd de conséquences. Combien de belles et justes initiatives ont pu voir le jour grâce à une approche éthique tout à fait rentable ? Ce n’est pas la finance qui est l’ennemie de l’homme, mais une conception erronée de sa finalité.

Aujourd’hui le risque est élevé pour l’homme de devenir un accessoire, une quantité négligeable et même un rebus du système économique. Les revenus du capital ont besoin de se structurer en correspondance avec ceux du travail de l’homme. Encore une fois, c’est au plan éthique qu’il convient de placer le curseur : le gain n’est bien sûr pas un mal en soi, mais c’est la manière dont on se sert d’une inégalité pour générer des profits au détriment des autres qui ne peut être cautionnée…
Ce message a été lisu 778 fois
  Envoyer ce message à un ami



Le Rendez-vous débat est clos. Merci de votre participation .


La discussion

images/icones/hein.gif Finance et esprit de pauvreté par louisdefunes (2019-12-06 12:41:27)
     images/icones/1a.gif Votre pseudo cache une question très sérieuse ! par Archiduc Imre d Autriche (2019-12-09 18:36:15)



6 liseurs actuellement sur le forum