[ Me connecter ]
Nouveau message | Contacts | Inscription | Retour à la liste des messages
-> Messages récents
Afficher la discussion

[Réponse de l'abbé Laguérie] par le torrentiel (2018-06-12 14:31:48) Imprimer

Qu’Isaïe, Élie et tous les autres me prêtent leur concours !

J’ai soixante et quelques années. La France que j’ai connue et celle que je vois maintenant ne sont pas les mêmes. Je ne parle pas des phénomènes migratoires, mais de la régression du droit naturel. Avant 68, il y avait de l’autorité dans tous les établissements, même publics et laïcs. Tout ça a volé en éclat, il n’y a plus de référence à l’autorité.

Est-ce qu’on peut continuer indéfiniment à détruire le droit naturel ? Quand j’étais au lycée Lakanal, la grande insulte, c’était de se faire traiter de pédé. Ça finissait dans le sang. Maintenant, ce serait presque un compliment.

On ne sait pas où on va arriver. Car la dégradation morale n’na pas de fin, nous dit saint Thomas d’Aquin. Dans la chute morale, on ne peut pas toucher le fond, il n’y a pas de fond. Un homme peut devenir infiniment meilleur ou infiniment pire. Car il y a quelque chose de spirituel dans l’homme : un homme, c’est une âme. Et l’âme de l’homme, même si elle est un être fini, ses facultés d’intelligence et de volonté brassent un objet qui est infini. La preuve, c’est que l’objet de notre intelligence, c’est le vrai sans limite. Et l’objet de notre volonté, c’est le bien sans limite. Et derrière, c’est Dieu, Qui est infini. Il y a quelque chose d’infini chez l’homme. Chez l’homme fini, il y a quelque chose d’infini, c’est toute la doctrine de saint Thomas.

Donc il n’y a pas de fond dans la dégradation, comme il n’y a pas de sommet dans la sainteté. Comme disaient mes ouvriers du temps où nous restaurions Sainte-Colombe et Saint-Eloy ensuite (c’est vrai qu’ils travaillaient bien) : « Cette fois-ci, j’ai atteint la perfection. » Non. La perfection humaine ne s’atteint pas. On peut toujours monter dans la sainteté et toujours descendre dans l’immoralité.

Où est-ce que ça va s’arrêter ? Personne ne peut le dire. On nous aurait expliqué qu’on allait un jour marier les homosexuels quand j’avais vingt ou trente ans, je ne l’aurais pas cru. D’ailleurs on voit bien que les Français sont descendus à un million cinq cent mille dans la rue en disant : « Ce n’est pas possible. » Ils n’avaient pas tellement bougé pour l’avortement, remarquez, parce que l’homosexualité reconnue dans le mariage est beaucoup plus violente au point de vu politique. La famille étant le fondement de la société, qu’une femme assassine son enfant, c’est gravissime, c’est un crime, je vous l’accorde, mais ça ne bouleverse pas toute la société comme d’admettre qu’un couple, une famille, ça puisse être deux homosexuels ou deux lesbiennes. C’est une révolution inimaginable, donc on peut encore descendre. Vous avez mentionné quelques turpitudes dans lesquelles on peut encore plonger, mais vous pouvez prolonger la liste. Un jour, peut-être que, comme s’en sont vantés certains leaders de mai 68, on dira que c’est normal d’utiliser les enfants pour ses plaisirs sexuels. Il y en a qui ne se sont pas gênés de l’écrire, Dany le rouge et tel ancien ministre dont il vaut mieux ne pas donner le nom.

L’Église est la seule à défendre intégralement le droit naturel. C’est une des preuves de sa divinité. Si le droit naturel, qui vient de Dieu comme la loi surnaturelle, n’est pas garanti par la foi, il se délite. Et toutes les écoles hors le catholicisme, écoles doctrinales, religieuses, ont bricolé le droit naturel. L’Empire romain, qui était, comme on le lit dans les livres, le creuset, le ferment du droit naturel, a admis des choses totalement contraires au droit naturel. Les femmes avortaient allègrement et l’Empire romain s’est écroulé, comme le dit si bien Michel de Jaeghere, par sa démographie catastrophique. Le droit de vie et de mort qu’avaient les patres familias sur leur femme et sur leurs enfants à certaines époques de l’Empire romain était totalement inadmissible au regard du droit naturel. Là où il n’y a pas la religion catholique, le droit naturel se délite. La disparition de la foi amènera à des turpitudes toujours plus grandes, à moins que la foi ne revienne et que les églises se remplissent. On n’y est pas encore tout à fait rendus...

Ce message a été lisu 32 fois
  Envoyer ce message à un ami



La discussion

images/icones/neutre.gif Quo non descendemus ? par Candidus (2018-05-31 12:41:08)
     images/icones/neutre.gif [Réponse de l'abbé Laguérie] par le torrentiel (2018-06-12 14:31:48)



5 liseurs actuellement sur le forum