[ Me connecter ]
Nouveau message | Contacts | Inscription | Retour à la liste des messages
-> Messages récents
Afficher la discussion

Daoudal et la "vernacularisation" par Yves Daoudal (2009-11-28 10:02:37) Imprimer

Un exemple tiré de mon blog le 17 décembre 2006, bien en situation à la veille de l'Avent:

Veniet Dominus

Le Seigneur va venir, et il ne tardera plus, pour éclairer les secrets des ténèbres, et il se manifestera à tous les peuples, alléluia. Jérusalem, réjouis-toi d’une grande joie, car il va venir à toi, le Seigneur, alléluia. Je donnerai le salut dans Sion, et ma gloire en Jérusalem, alléluia. Les montagnes et toutes les collines seront abaissées, ce qui était tordu sera rendu droit, et les voies raboteuses deviendront planes ; viens, Seigneur, et ne tarde pas, alléluia. Vivons dans la justice et la piété, dans l’attente de la bienheureuse espérance, et de l’avènement du Seigneur.

Telles sont les antiennes de ce dimanche, qui ouvre la troisième semaine et pourtant quasiment la dernière de l’Avent, puisque la célébration de Noël commencera cette année le soir du 4e dimanche.

De ce fait, la première des sept Grandes Antiennes (dites antiennes Ô de l’Avent), qui sont un des plus sublimes chefs-d’œuvre de la liturgie latine, est déjà celle des vêpres de ce dimanche.

O Sapientia, quæ ex ore Altissimi prodiisti, attingens a fine usque ad finem, fortiter suaviterque disponens omnia, veni ad docendum nos viam prudentiæ.

Ô Sagesse, qui t’es avancée de la bouche du Très-Haut, qui te déploies d’une limite à l’autre, et disposes toutes choses avec force et douceur, viens nous enseigner la voie de la prudence.

(Une fois encore, il faut souligner que la liturgie est intraduisible. Dans mon missel, « prodiisti » est traduit par « sortir ». Ce n’est pas faux. Mais le vrai sens de ce verbe est « s’avancer au dehors » : il y a l’image du personnage important qui se présente devant la foule. « Attingens a fine usque ad finem » se traduit littéralement : touchant d’un terme jusqu’au terme, d’une limite jusqu’à la limite. Attingens contient l’idée, ici intraduisible, de toucher du doigt, de toucher corporellement : c’est l’incarnation, qui doit toucher la terre entière.)
Ce message a été lisu 411 fois
  Envoyer ce message à un ami



Le Rendez-vous débat est clos. Merci de votre participation .


La discussion

images/icones/neutre.gif la vernacularisation de la liturgie est-elle sans danger ? par Luc Perrin (2009-11-27 13:46:49)
     images/icones/bible.gif [réponse] par Révérend Père Louis-Marie de Blignières (2009-11-27 19:38:13)
     images/icones/neutre.gif Daoudal et la "vernacularisation" par Yves Daoudal (2009-11-28 10:02:37)



5 liseurs actuellement sur le forum