[ Me connecter ]
Nouveau message | Contacts | Inscription | Retour à la liste des messages
-> Messages récents
Afficher la discussion

[réponse] par Révérend Père Louis-Marie de Blignières (2009-11-27 19:12:01) Imprimer

Mon Père, Je profite de votre double formation scientifique et philosophique pour vous posez cette question : La métaphysique d'Aristote s'appuie sur sa physique. Or celle-ci, à la lumière des développements scientifiques, a été mise à mal au moins en partie. La notion de mouvement qui nécessite un moteur, par exemple, contredit, au moins en apparence, le principe d'inertie. Peut-on aujourd'hui encore considérer le thomisme et ses emprunts importants à la philosophie aristotélicienne sans prendre en compte ces nouvelles connaissances ? Jusqu'à quel point des théories aussi peu intuitives que les relativités restreintes et générale ou la physique quantique n'ébranlent-elles pas les fondements de l'aristotélisme ? Avez-vous eu connaissance de tentative de reconstruction à partir de ces connaissances modernes ? Auriez-vous quelques auteurs à me conseiller ? Tresmontant ? Daujat ? Cordialement, Thomas

Réponse. Si vous m’envoyer vos co-ordonnées (électroniques et postales) à l’adresse : fsvf@chemere.org, je vous mettrai en rapport avec un ami, professeur de mécanique quantique qui a de bonnes connaissances en philosophie thomiste et qui vient de m’envoyer une étude répondant précisément à votre souci. La philo réaliste et la physique moderne peuvent faire fort bon ménage, disons même que seuls certains concepts réalistes fondamentaux (acte et puissance par ex.) peuvent permettent un renouvellement de la philosophie des sciences à la lumière des découvertes du dernier siècle. Le cartésianisme et l’idéalisme en sont incapables. Dans la physique d’Aristote, il faut savoir distinguer ce qui est un acquis définitif parce qu’en fait enraciné dans la métaphysique de l’être (comme l’étude de la causalité dans les premiers livres de la Physique, dont Heidegger disait qu’ils remplaçaient une bibliothèque) et ce qui dépend d’une science d’observation périmée, et d’un recours déficient ou tâtonnant à l’expérience… Quand on voit l’usage que Thomas d’Aquin fait de la Physique d’Aristote, il est assez facile de faire cette distinction. Le livre de Daujat est une bonne référence. Mais je ferai suivre votre message à mon ami l’Abbé Lucien qui a une excellente bibliographie sur le thème.
Ce message a été lisu 435 fois
  Envoyer ce message à un ami



Le Rendez-vous débat est clos. Merci de votre participation .


La discussion

images/icones/hein.gif Physique aristotélitienne et science moderne par Thomas (2009-11-24 16:54:52)
     images/icones/fleche2.gif [réponse] par Révérend Père Louis-Marie de Blignières (2009-11-27 19:12:01)



6 liseurs actuellement sur le forum