[ Me connecter ]
Nouveau message | Contacts | Inscription | Retour à la liste des messages
-> Messages récents
Afficher la discussion

Quelques commentaires glanés sur le net par XA (2008-11-25 08:40:57) Imprimer

Quelques commentaires glanés sur le net au sujet du livre Le mammouth m'a tuer.
XA

Lire sous les pommiers
LE MAMMOUTH M'A TUE (Bernard VIALLET)

Personne n'a oublié le Ministre qui voulait dégraisser le mammouth et en a perdu son poste. Oui, le mammouth, c'est l'Education Nationale qui depuis qu'elle a été baptisée ainsi n'a pas beaucoup changé. Le mammouth évoque la pesanteur, l'inertie, la rigidité, tout ce qui, d'une manière progressive mais inéluctable, finit par user les meilleures volontés.

Il est assez fréquent de voir le grand public tirer à boulet rouge sur les enseignants qui, même s'ils ne sont pas tous exemplaires, ont tout de même pour eux que leur métier est loin d'être paisible. Les descriptions de Bernard Viallet ont comme premier mérite de nous mettre à la place d'un enseignant ou d'un directeur d'école qui, tout bien pesé, passe plus de temps à régler les problèmes du quotidien qu'à pouvoir se préoccuper de la réussite de ses élèves. Il aimerait bien qu'il en soit autrement mais le mammouth et la société qui l'entoure ne font rien pour lui faciliter la tache.

A chaque page de votre lecture, vous retrouvez mélés humour et tragédie. Bernard Viallet a pris de la distance et raconte son quotidien avec un certain amusement, ce qui rend la lecture agréable. Mais, que de bonne volonté gâchée, que de frustrations, que de dysfonctionnements. S'il ne s'agissait pas d'une institution qui se présente comme garante de l'égalité des chances, on en sourirait volontiers. Mais qu'il y a de distance entre les intentions affichées et la réalité.

A lire Bernard Viallet, il parait clair que Claude Allègre avait raison : il est urgent de dégraisser le mammouth et de lui redonner un peu de souplesse. Est-ce encore possible ?

Commentaire paru sur le site veille-education

Je viens de finir ce livre. Il m'a beaucoup plu. Il est passionnant et bien écrit. On se s'imagine pas se qui se passe dans les écoles de banlieue !

Le site www.avenirdufutur.fr/ permet de réécouter l'enregistrement d'une émission diffusée sur Radio Courtoisie le 2 septembre dernier où Bernard Viallet intervint en compagnie de Christian Vanneste. Cliquez ici.

Voici le commentaire de P-L Moudenc ( in Rivarol N°2865, page 10

« Non pas un pamphlet contre l’Education Nationale, un de plus, comme le titre le laisserait croire. Seulement un témoignage que l’on pourrait même trouver parfois trop mesuré, pour peu que l’on appartienne au sérail. Son auteur, désormais retraité après quelques trente ans passés en banlieue parisienne comme instituteur et directeur d’école primaire, raconte sa vie professionnelle. Avec une totale simplicité. Sans outrance. Sans se poser en justicier ou en victime. Son récit n’en prend que plus de force.

Cet honnête homme croyant en sa mission (ainsi les ‘Hussard noirs » de la République) a vécu de l’intérieur la transformation de l’Ecole. Sa carrière a connu tous les bouleversements qui de réforme en réforme, d’incohérence en incohérence, de folies utopistes en délires pseudo-scientifiques, ont conduit à la situation actuelle. Laquelle, en dépit de quelques coups de projecteur liés à l’actualité, est ignorée des Français. Et bien pire que ce qu’ils imaginent.

Durant toute sa carrière, ce fonctionnaire croyant aux vertus de l’enseignement public, respectueux de la hiérarchie, soucieux d’appliquer les directives, réfractaire au syndicat majoritaire et, de ce fait, objet de la vindicte syndicalo-administrative, a connu maintes difficultés que le lecteur profane découvrira ici.

Il en sera effaré. Le chapitre intitulé « Maths modernes et autres réformes » met, en particulier, l’accent sur les aberrations pédagogiques qui ont suivi 1968 au risque de sacrifier toute une génération d’enfants. Son préfacier, instituteur comme lui, confirme ses dires et se gausse du jargon en usage chez les spécialistes de la « didactique » et autres « projets d’école » et « journées pédagogiques ».

Malgré nombre de méchefs et de déceptions, Bernard Viallet n’a pas perdu ses convictions. Il expose dans sa postface ses propositions pour sauver l’Education Nationale. Si certaines sont discutables, la plupart sont frappées au coin du bon sens. )

Guillaume Clérel (Le Cri du contribuable)

Les vérités décrites par Bernard Viallet ne sont pas toujours bonnes à dire. Pour refuser la fatalité, l'ouvrage se clôt sur une série de propositions aussi urgentes que nécessaires : réformer de fond en comble les IUFM pour qu'ils soient enfin efficaces, praitquer un enseignement à la carte, réaffecter les moyens pour qu'il n'y ait plus "un fonctionnaire quelque part, occupé à quelque chose, pour chaque enseignant placé face aux élèves". Au final, un livre rafraîchissant, qui fourmille d'anecdotes. On serait parfois porté à rire si le tableau n'était celui d'enfants sacrifiés sur l'autel des idéaux égalitaristes.)
Ce message a été lisu 602 fois
  Envoyer ce message à un ami



Le Rendez-vous débat est clos. Merci de votre participation .


La discussion

images/icones/info2.gif Lundi 1er décembre 2008, Bernard Viallet répond aux liseurs du FC à partir de [...] par XA (2008-11-16 16:04:17)
     images/icones/carnet.gif Quelques commentaires glanés sur le net par XA (2008-11-25 08:40:57)
     images/icones/carnet.gif Recension de Guillaume Desanges (La Nef) par XA (2008-11-27 10:11:48)



37 liseurs actuellement sur le forum