[ Me connecter ]
Nouveau message | Contacts | Inscription | Retour à la liste des messages
-> Messages récents
Afficher la discussion

C'est permis sous condition par JacqHou (2008-04-24 20:20:57) Imprimer

En évoquant ce sujet(les filles servant de messe) j'ai fait une erreur j'étais mal informé. je vous remercie de m'avoir permis de savoir qu'il y avait permission sous condition. Cette condition est l'autorisation de l'évêque et ensuite si l'autorisation est donnée( ce pouvoir d'autorisation n'oblige pas l'évêque) le devoir d'explication aux fidèles.
Si l'on peut supposer l'autorisation de l'évêque, je n'ai jamais entendu une explication. Et ceux qui, comme moi, croyaient à un abus, sont en fait victimes du défaut d'explication, qui semble constituer un abus même s'il n'est pas en soi liturgique car il est une obligation. Alors le défaut ici ne peut être totalement imputé à charge, ici le manque de formation et d'information est évident et la participation à une catéchèse permet de mieux comprendre la réalité du terrain.

- les abus liturgiques. A force de les dénoncer, on ne sait même plus de quoi il s'agit (les filles en effet de choeur ? c'est permis. les laïcs ministres extraordinaires de la communion ? c'est permis)



Cependant concernant les abus liturgiques...
Les traductions...
Il semble que Rome ait dû intervenir dernièrement? Que devons nous penser de l'autorité locale, chargée de la traduction, et, évoquée dans une autre partie du texte dont un extrait figure dessous?

Prenez un missel ordinaire et essayez de suivre la liturgie...
Au rite ordinaire de Paul vi l'on substitue une liturgie non codifiée.
Pourquoi est-il aujourd'hui plus facile de suivre une messe sous la forme extraordinaire du rite dans un missel latin sans connaître le latin.
Trouvez vous cela normal?


22. Modifier la liturgie relève de la hiérarchie

§ 1. Le gouvernement de la liturgie dépend uniquement de l'autorité de l'Église: il appartient au Siège apostolique et, dans les règles du droit, à l'évêque.

§ 2. En vertu du pouvoir donné par le droit, le gouvernement, en matière liturgique, appartient aussi, dans des limites fixées, aux diverses assemblées d'évêques légitimement constituées, compétentes sur un territoire donné.

§ 3. C'est pourquoi absolument personne d'autre, même prêtre, ne peut de son propre chef ajouter, enlever ou changer quoi que ce soit dans la liturgie.



Source

Quand avant le renvoi final vous devrez subir un lavage de cerveau par l'acat, le dimanche et ce de manière régulière vous en reviendrez.

Comment se fait-il qu'il y ait une si grande diversité "liturgique" alors que la réforme voulait une unité liturgique?
Ce message a été lisu 717 fois
  Envoyer ce message à un ami



Le Rendez-vous débat est clos. Merci de votre participation .


La discussion

images/icones/neutre.gif Pour conclure par Nicolas Senèze (2008-04-24 16:14:02)
     images/icones/neutre.gif C'est permis sous condition par JacqHou (2008-04-24 20:20:57)



4 liseurs actuellement sur le forum