[ Me connecter ]
Nouveau message | Contacts | Inscription | Retour à la liste des messages
-> Messages récents
Afficher la discussion

Perspectives du point de vue catholique par Rémi Fontaine (2007-12-13 18:51:01) Imprimer

Non ce n’est pas utopique du point de vue catholique.
En tant qu’universelle et que société surnaturelle de personnes, l’Eglise catholique assume toutes les communauté et tous les communautarismes légitimes (par inculturation) à commencer (ou à finir) par celui de la nation, société naturelle de familles. Par sa réunion du naturel et du surnaturel, du temporel et du spirituel, de la singularité et de l’universalité, elle seule sans doute dépasse vraiment le communautarisme ou constitue éminemment le Communautarisme d’ouverture (avec un C majuscule) auquel participent les sains et légitimes communautarismes !
Je rejoins Denis Sureau lorsqu’il déclare : « L’Eglise n’est pas une association particulière parmi d’autres mais une communauté plus vaste, la seule véritablement universelle, « catholique » au sens originel du terme. Accepter le présupposé propre à la modernité libérale selon lequel la « catholica » n’est qu’une partie du tout constitué par la communauté nationale conduit inévitablement à refuser toute prétention de cette partie à imposer ses vues – prétention odieuse et « sectaire ». Contre le projet moderne de privatiser la foi et de marginaliser l’Eglise, nous devons retrouver la dimension publique, sociale, du Salut. »
Communauté comme communion universelle de personnes, mais aussi communion de communautés, l’Eglise est assurément « la seule internationale qui tienne » selon un ordre et une logique propres résumés à sa façon par Maurras : « En bas les républiques, en haut la royauté (l’Etat-nation) et par delà tous les domaines la Papauté. »
On saisit bien que ce que j’appelle (avec des guillemets) le « communautarisme » catholique ne correspond pas du tout à la caricature qu’on en fait souvent (même s’il se doit pratiquer aussi aux plus petits échelons souvent minoritaires : écoles, scoutisme…) et qu’il n’est pas non plus antinomique, au contraire, avec le communautarisme national : la préférence catholique et nationale vont de pair. J’espère avoir répondu à votre question.

Ajoutons que, pour s’épanouir, la communauté ecclésiale a besoin de communautés temporelles spécifiquement chrétiennes, selon le théorème de Madiran inspiré de Péguy et vérifié par l’histoire : « Il ne suffit pas d’avoir la foi. Nous sommes faits pour vivre notre temporel en chrétienté. Ailleurs quand ce n’est pas le martyre physique, ce sont les âmes qui n’arrivent plus à respirer. »
Les laïcs catholiques aideront d’autant mieux l’Eglise à faire son œuvre salvatrice dans cette société sécularisée qu’ils seront capables de restaurer un pouvoir temporel du laïcat chrétien distinct aussi bien des autorités religieuses (si possible amies) que des autorités civiles (neutres ou hostiles)… Etablissant en somme un (contre-)pouvoir (composant ou luttant prudemment avec le pouvoir civil) en vue précisément de restaurer la distinction classique des pouvoirs pour leur bonne coopération. Distinguer pour unir ! C’est la question classique de la double souveraineté du temporel et du spirituel qui n’empêche pas la subordination du premier (particulier) au second (universel)…
Ce message a été lisu 645 fois
  Envoyer ce message à un ami



Le Rendez-vous débat est clos. Merci de votre participation .


La discussion

images/icones/neutre.gif Les temps modernes : perspectives ? par Une Ame (2007-12-10 23:27:53)
     images/icones/croix_byzantine.png Perspectives du point de vue catholique par Rémi Fontaine (2007-12-13 18:51:01)
         images/icones/hein.gif communautarisme et territoire par Quincy Jones (2007-12-13 19:40:42)



8 liseurs actuellement sur le forum